Les Rémois autour de leur buteur Rémi Oudin
Les Rémois autour de leur buteur Rémi Oudin | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Ligue 1 : Reims continue de croire à l'Europe

Publié le , modifié le

Le dénouement de la Ligue 1 avance, Reims aussi. Vainqueurs 1-0 de Nantes en match décalé de la 29e journée, les Champenois collent toujours aux places européennes et, avec Saint-Etienne, mettent la pression sur Marseille en déplacement à Paris ce soir.

Presque sans bruit, Reims continue son petit bonhomme de chemin aux pieds des places européennes. Un relatif anonymat qui leur permet certainement d’échapper à la pression alors que la série de 13 matches sans défaite a de quoi impressionner. Le reste se passe sur le terrain et, fidèle à son plan de jeu, le Stade joue crânement sa chance. Contre des Canaris timorés en début de match et qui finiront à dix après le deuxième carton jaune de Girotto, les hommes de David Guion ont tenté de passer en force avec leur duo Baba et Zeneli. Il leur a fallu régler la mire pour tromper Dupé.

Ce fût le cas en deuxième période sur un missile d’Oudin qui a nettoyé la lucarne nantaise (1-0, 59e). Voilà le buteur rémois à neuf buts cette saison et son équipe, en gestionnaire sur la dernière demi-heure, à un point de la 4e place occupée par l’OM. "On a rempli notre objectif commun de début de saison, qui était de 45 points, a réagi Guion. C'est une grosse satisfaction de les avoir obtenus à neuf matches de la fin. Il faut être réaliste dans nos ambitions. Quand on regarde les équipes avec qui on est en concurrence, ce sont des équipes qui avaient annoncé l'objectif d'être européen. Nous, on est le poil à gratter. Ces places se joueront dans le money time."

Côté nantais, c'est la soupe à la grimace. Si le maintien est en bonne voie, les Canaris ont hâte de passer à autre chose. "On a plus d'occasions que Reims, a pesté Vahid Halilhodzic. Ils ont eu une occasion, ils ont mis un but, un superbe but. Pour gagner, il faut marquer et on aurait pu faire beaucoup mieux dans la maîtrise et le jeu vers l'avant. Je suis agacé parce que ça fait six fois qu'on perd 1-0, c'est un peu trop."