Leonardo Jardim
Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco. | VALERY HACHE / AFP

Ligue 1 : Pour Leonardo Jardim, Monaco "a besoin de faire son histoire"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Monaco, Leonardo Jardim, a apprécié la façon dont ses joueurs ont réagi contre Caen samedi (2-0) lors de la 10e journée de L1 et souhaite qu'ils ne pensent qu'au présent, "pour faire (leur) histoire".

Cette victoire permet-elle d'oublier Besiktas et de se relancer ?

Leonardo Jardim : "La victoire est toujours notre objectif. C'est important de gagner pour avoir confiance en notre travail. Contre Besiktas, on n'a pas fait un mauvais match. Mais l'adversaire a été plus efficace. On avait été sérieux. Aujourd'hui aussi. Bien sûr, Caen n'est pas Besiktas. On a bien gagné. Notre première mi-temps a été très positive. On a eu trois ou quatre opportunités pour marquer le deuxième. On n'y est pas parvenu. Mais après le 2e but, on a géré. La victoire est méritée."

Vous avez relancé Raggi. Lemar a joué en 10...

L.J. : "Dans le football, quand je vois qu'un joueur n'est pas dans un bon moment, je cherche des solutions. L'objectif n'est pas qu'un joueur enchaîne les matches s'il n'est pas bien. Quand un joueur est dans un moment plus difficile, je le sors et lui redonne la confiance pour mieux revenir. Sidibé n'était pas là. Touré n'est pas au niveau que j'attends de lui depuis trois matches. Mais j'ai toujours confiance en lui. J'ai donc fait le choix de Raggi, une solution d'équilibre contre une équipe forte sur coups de pied arrêtés. Pour Lemar, c'est une solution. On cherche l'équilibre. En ce moment, Jovetic et Carrillo sont absents. Il ne reste que deux attaquants. Lemar a apporté vitesse de décision, accélération dans les espaces, capacité de pression devant, et dynamisme. Il monte au niveau de la forme. Avec Fabinho, ils ont fait un bon match."

Ce match va-t-il redonner de la confiance ?

L.J. : "En sport, la victoire donne plus de confiance. Elle vient aussi par le travail. On ne peut pas acheter de confiance au supermarché. On ne peut pas en acheter 50 kilos pour les redistribuer. Cela vient par le travail, la qualité du jeu, les performances, les résultats. Il n'y a pas de discussion possible sur notre victoire. Mais on a raté encore de bonnes opportunités, avec des mauvaises prises de décision sur le plan offensif. A la mi-temps, on ne gagnait que 1-0. J'ai dit aux joueurs qu'il ne fallait pas baisser l'intensité. Comme le moment actuel n'est pas très positif et qu'on vient de prendre deux buts dans les dernières minutes en L1, il ne fallait pas laisser 1-0 pour la fin du match. Il fallait poursuivre la pression et marquer encore. On l'a fait, je félicite les joueurs pour leur attitude. Chaque saison est une nouvelle histoire. On a besoin de faire notre histoire. Notre histoire, c'est faire progresser ces joueurs, offrir un bon football, avec de l'agressivité et de la qualité. C'est ce que ce groupe va essayer de faire. Sans penser au passé, au futur. Mais au présent, qui est le plus important pour moi et les joueurs."

AFP