Ligue 1 : "Pas la soirée rêvée" pour la première de Thierry Henry

Publié le

Auteur·e : AFP
Thierry Henry pour son premier match avec Monaco face à Strasbourg

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Une bévue du gardien, un joueur majeur blessé, un autre exclu et une défaite (2-1): la première de Thierry Henry sur le banc de Monaco a été marquée par la malchance sur la pelouse de Strasbourg, samedi lors de la 10e journée de L1.

Avec un effectif décimé, Thierry Henry savait que ses débuts comme entraîneur de Monaco seraient délicats, mais rien ne lui a été épargné, entre faute de main du gardien, blessure du capitaine et un joueur exclu, avec au final une défaite 2-1 à Strasbourg. Fidèle à lui même, le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France (41 ans) n'a pas montré beaucoup d'émotions, debout en permanence devant son banc, dans son survêtement et son manteau noirs siglés du club.

Debout, bras croisés et un chewing-gum

La soirée avait pourtant bien commencé pour "le roi Henry", ovationné par le public alsacien à sa sortie sur le terrain pour l'échauffement alors que ses joueurs avaient été conspués quelques secondes auparavant à leur arrivée. "Merci au public strasbourgeois pour l'accueil, je ne m'y attendais pas vraiment", déclarait-il après la rencontre.  La patte Henry s'est tout de suite fait sentir: il est rarissime que les entraîneurs en L1 accompagnent les joueurs sur la pelouse à l'échauffement. "Titi", lui, est resté au plus prêt de son groupe durant tout l'exercice, très attentif.

Debout, bras croisés la plupart du temps et martyrisant un chewing-gum, il se montrait beaucoup moins expansif que son homologue Thierry Laurey. Mais rapidement, les limites de son effectif, rapidement criantes, lui ont donné des maux de tête. Notamment la grosse faute de main de son gardien Seydou Sy, normalement troisième dans la hiérarchie des gardiens sur le Rocher. "Ce n'était pas évident, on essaie de mettre quelque chose en place qui fonctionnait au début, et on prend ce but que je n'ai pas besoin de décrire... L'erreur est humaine, je ne veux accabler personne", relevait-il, fataliste.

Impuissance et dégoût

La soirée prenait un tour vraiment déplaisant quand le capitaine monégasque Radamel Falcao devait sortir sur blessure après une demi-heure de jeu, juste après s'être vu refuser un but après une action confuse dans la surface. Henry faisait passer ses consignes à Youri Tielemans, son principal relais sur le terrain venu discuter quelques instants avec lui le long de la touche. C'est toutefois Glik qui récupérait le brassard.

Après la pause "Titi" se tournait vers son banc pour partager sa frustration avec ses adjoints après une action monégasque inaboutie, et écartait les bras d'impuissance, visiblement dégoûté quand le défenseur strasbourgeois Lala renvoyait sur sa ligne une frappe de Glik. Et le cauchemar était complet quand Grandsire, qu'il venait de lancer, était exclu pour un geste dangereux et maladroit. Henry esquissait un geste d'incompréhension mais restait figé, perplexe, quand ses adjoints explosaient de colère autour de lui.

"Ce n'est pas le scénario rêvé mais il faut rester positif, on a essayé de jouer, même à 10, on s'est créé des occasions. Je suis obligé d'être positif dans le négatif sinon on ne va pas de l'avant", a repris le jeune entraîneur.

AFP