Bordeaux et Nîmes dos à dos
Bordeaux et Nîmes dos à dos | GEORGES GOBET / AFP

Ligue 1 : Nîmes tient tête à Bordeaux

Publié le , modifié le

Nîmes continue de surprendre en ce début de championnat de Ligue 1. Après avoir frôlé l'exploit contre Paris, les Crocodiles ont obtenu le nul 3-3 à Bordeaux au terme d'un match complètement fou. Bordeaux a mené deux fois (doublé de Jimmy Briand) au score mais n'a pas réussi à conserver son avantage jusqu'au bout. Au classement, Nîmes occupe une belle 8e place alors que les Bordelais sont très mal en point (19e avec 4 pts) malgré l'arrivée de Ricardo sur le banc.

Une belle après-midi de football et un partage des points logiques dimanche au Matmut Atlantique de Bordeaux. Pour le retour de Ricardo sur le banc des Girondins, le manager brésilien a pu faire une bonne analyse des forces et des faiblesses de son équipe. Le potentiel offensif est là et le doublé de Jimmy Briand a de quoi rassurer. En revanche, le déséquilibre et la naïveté défensive a encore empêché Bordeaux d'empocher trois points précieux. La faute à une superbe équipe de Nîmes, sans complexe et bourrée de talent. Menés après un beau jeu en triangle des Girondins (1-0, 26e),  les Crocos ont renversé la vapeur juste avant la pause. Malheureux à plusieurs reprises, ils ont vite repris la main sur un beau travail de Bozok qui offrait l’égalisation à Guillaume (1-1, 32e). Avant d'enchaîner avant la pause grâce à un coup-franc sous la barre de Bobichon (1-2, 45e) qui s’est fait justice lui-même.

Pas abattu, Bordeaux a lui aussi reversé la table. En deux minutes chrono ! Après un retour de la pause plutôt tiède, Palencia a sonné la charge. Après un petit pont sur un nîmois, il donnait en retrait pour Briand (2-2, 56e). Dans la minute suivante, Kalu faisait exploser le Matmut d'une frappe puissante (3-2, 57e). Nîmes n'avait pas dit son dernier mot. Très en jambe, Bozok ouvrait son compteur en Ligue 1 d'un tir entre les jambes de Costil (3-3, 78e). Ca poussait des deux côtés mais aucune équipe ne prenait un dernier et décisif ascendant. "Les points, il faut qu'on les prenne quand on peut, a expliqué Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes). Comme tout le monde, on en a besoin. Ce qui est rassurant quand on est entraîneur, c'est que quand on est mené au score, on sait qu'on peut revenir. On peut aussi prendre d'autres buts, c'est vrai, c'est la réalité mais quand il y a qu'un but d'écart ou deux des fois, jusqu'au bout on peut revenir. On ne joue pas au football pour s'emmerder, mais pour gagner des matches, pour être libéré et être heureux."

France tv sport francetvsport