Ligue 1 : Nice continue sa belle série face à Lyon

Publié le , modifié le

Auteur·e : Leo Anselmetti
Kasper Dolberg
Kasper Dolberg a inscrit un doublé face à Lyon. | YANN COATSALIOU / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Olympique Lyonnais n'a pas pu résister au réalisme de Kasper Dolberg, encaissant un doublé de l'avant-centre danois pour s'incliner (2-1) au terme d'une rencontre pleine de rebondissements. Grâce à cette victoire, les Aiglons sont complètement relancés dans la course à l'Europe et reviennent à hauteur de leur victime dominicale.

Des coups, de la bêtise et des buts. Si ce Nice-Lyon a été loin d’une ode au fair-play, il a au moins eu le mérite de proposer du spectacle (2-1). Très vite en supériorité numérique suite à l’expulsion de Rafael (22e), les Niçois ont concrétisé leur temps fort grâce à Kasper Dolberg (33e) avant que Karl Toko-Ekambi n'égalise (45e) en profitant d’une merveilleuse percée d’Aouar. Aussi merveilleuse qu’idiote a été l’expulsion d’Ounas, pour avoir envenimé une brouille entre Marcelo et Claude-Maurice (45e). S’en est suivie une seconde période animée pendant laquelle seul l'avant-centre danois a trouvé le chemin des filets pour s'offrir son premier doublé et propulser les Aiglons aux portes du Top 5 du championnat.

Dolberg allume la première mèche...

Trois jours après sa défaite en Coupe de France face à Lyon (1-2), l’OGC Nice n’avait qu’une seule chose en tête : offrir à ses supporters présents à l’Allianz Arena une belle vengeance. Mais tout n’a pas commencé de la meilleure des manières pour les hommes de Patrick Vieira, incapables de passer la dernière ligne rhodanienne. C’est alors que Rafael a complètement rebattu les cartes en fauchant Boudaoui qui filait seul au but. Résultat ? Un rouge direct (22e), mais, surtout, une domination des Aiglons à n’en plus finir.

Sans attendre, Nice a concrétisé son temps fort dix minutes plus tard. Profitant d’une perte de balle, Lees-Melou a décoché une lourde frappe plein axe, obligeant Tatarusanu à repousser devant lui. En bon renard des surfaces, Kasper Dolberg n’avait plus qu’à pousser le ballon dans le but laissé vide pour ouvrir le score (33e).

... et la seconde

La rencontre est alors rentrée dans un grand n'importe quoi. D'abord de la meilleure des manières, lorsque Aouar a gratifié Karl Toko-Ekambi d'une merveilleuse passe décisive après avoir fait passer quatre niçois pour des plots d'entraînement (45e). Puis, tout s'est subitement assombri. Coupable d'un geste d'humeur envers Alexis Claude-Maurice, Marcelo et lui ont joué les gros bras, incitant Ounas, qui n'avait pas besoin de cela, à violemment pousser le défenseur brésilien avant de rejoindre les vestiaires à son tour pour un deuxième avertissement.

En seconde période, avec un but et un carton rouge de part et d'autre, un tout nouveau match a commencé. Et encore une fois, c'est Kasper Dolberg qui a tiré son épingle du jeu, reprenant un centre de Claude-Maurice à l'heure de jeu pour entériner le score et mettre fin à une rencontre sous haute tension. Avec ces trois nouveaux points, leurs douzièmes lors des six dernières journées, les Aiglons reviennent à hauteur de leur victime du jour pour pointer leur nez à une petite longueur de la 5e place, qualificative pour la Ligue Europa.