Vahid Halilhodžić

Ligue 1 : Nantes sans pitié avec Guingamp

Publié le , modifié le

La tendance est à la relance à Nantes. Les hommes de Vahid Halilhodžić enchaînent une troisième victoire consécutive en Ligue 1. Cette fois la victime se nomme Guingamp. Déjà derniers avant le coup d'envoi, les hommes d'Antoine Kombouaré se sont pris une sacrée claque (5-0). Ils s'enfoncent dans les profondeurs du classement quand Nantes prend ses distances avec la zone rouge, laissée cinq longueurs derrière.

Le match : 5-0

Nantes a construit son succès en deuxième période. A la pause, les Canaris ne menaient qu'un but à zéro grâce à un penalty transformé par Emiliano Sala (42').  La deuxième réalisation, signée Valentin Rongier (63')  a complètement sorti Guingamp du match. Les Bretons ont été surpassés dans tous les domaines (19 tirs à 4 - 25 tacles à 9). Leur absence criante sur les seconds ballons leur a été fatale.

Les trois buts de Rongier (63'), Touré (70') et Girotto (78') sont trois frappes à l'entrée de la surface. A 4-0, les Nantais ont continué de mettre la pression sur le but d'un Kalle Johnsson abandonné par sa défense. Et qui d'autre qu'Emiliano Sala pour parachever la quatrième victoire consécutive toutes compétitions confondues des hommes de Vahid ? Sur un centre dévié de Lima, l'Argentin s'offre un doublé (83') et inscrit déjà son 10e but de la saison.  

L'homme du match : Emiliano Sala

En 11 matches (et seulement 9 titularisations), l'Argentin a déjà atteint la barre des 10 buts en Ligue 1. Il est plus que jamais l'homme providentiel des Canaris, alors qu'il était à deux doigts de faire ses valises cet été. On oublie déjà qu'il était puni sur le banc en tout début de saison. C'est dans ce contexte que Sala réalise son meilleur début de saison. Il n'est déjà qu'à deux longueurs de son record en Ligue 1 (12 buts). 

Le fait du match : Kombouaré face à l'orage

Avant la rencontre et depuis maintenant plusieurs semaines, le président de Guingamp, Bertrand Desplat, ne cessait de clamer "sa confiance inébranlable" en son entraîneur. S'il avait stoppé l'hémorragie en évitant la défaite lors des quatre dernières rencontres, Kombouaré risque de voir la tempête s'abattre sur lui. Fin septembre , des supporters avaient déjà déployé une banderole hostile à son encontre.

La fameuse banderole

La claque subie contre Nantes est très inquiétante mais il ne devrait pas quitter son poste, en tout cas pas si tôt. Guingamp n'a pas l'habitude de congédier un entraîneur en pleine saison et aime la stabilité. Sur les 11 dernières années, l'EAG n'a connu que trois coaches (Zvunka, Gourvennec, Kombouaré). Et comme l'expliquent nos confrères de France 3 Bretagne, son limogeage coûterait trop cher (2 M€), sachant que le Kanak est le plus gros salaire d'un club qui compte ses sous (110 M€ par mois). 

La méthode de Vahid Halilhodžić