Valentin Rongier et Majeed Waris heureux
La joie des Nantais, Valentin Rongier et Majeed Waris | LOIC VENANCE / AFP

Ligue 1 : Nantes retarde encore le sacre du PSG

Publié le , modifié le

Le sacre du Paris Saint-Germain est inlassablement retardé. Cette fois, ce sont les Nantais qui ont contrarié les plans de Thomas Tuchel, en battant les Parisiens (3-2) à domicile. Les Parisiens, malgré un effectif très largement diminué, ont manqué d'implication et d'envie. Leur match face à Monaco, ce dimanche, sera leur quatrième occasion de remporter le titre de champion.

Le match : Un PSG amorphe, Nantes réaliste

On dirait presque qu’ils n’en veulent pas, de ce titre. Rien qu’à voir le onze de départ aligné par Thomas Tuchel, la question se posait, à l’entame du match. Il est vrai que le sort semble s’abattre sur les Parisiens : on comptait pas moins de dix joueurs blessés ou suspendus au coup d’envoi. Mais Kylian Mbappé a été laissé au repos, en vue des matchs contre Monaco, dimanche, puis Rennes, en finale de la Coupe de France le 27 avril. 
Après un début de match ronronnant, les Parisiens ont accéléré. Daniel Alves a profité d’un marquage quelque peu léger pour planter une banderille. Sur une passe de Leandro Parades, Alves s’est aperçu de la position légèrement avancée de Dupé. Superbe lob, tout en puissance et en précision, en pleine lucarne des Canaris. 1-0. Le PSG dans toute sa splendeur…Mais le PSG dans toute son ambivalence aussi. 

Car Paris n’a tenu cet avantage que quatre petites minutes. Les lacunes du quasi-champion en défense, sur phase arrêtée, se sont encore fait sentir. Sur un corner frappé par Valentin Rongier, Diego Carlos s’est facilement échappé du marquage de N’Soki, avant de placer une tête décroisée au deuxième poteau. Tout était alors à refaire. 
Les limites du PSG sont alors apparues plus clairement. Ils ont eu du mal à trouver la profondeur. Les joueurs ont toujours semblé hésitants, dans leurs appels, dans leurs passes. De leur côté, les Nantais ont procédé en contre, notamment par l’intermédiaire de Traoré et Waris. C’est ce dernier qui a donné l’avantage aux Nantais (42e), dans le sillage d’une énième erreur de Thilo Kehrer. Le but contre son camp de Dani Alves n’a fait que confirmer le naufrage complet du PSG ce mercredi soir, et ce malgré la réduction du score tardive du jeune Metehan Guclu (88e). 

La stat : 2009 

La question : Qu’arrive-t-il à Thilo Kehrer ? 

Thilo Kehrer a passé 90 minutes en enfer ce mercredi soir. Coupable sur deux des trois buts encaissés par le PSG, le défenseur est apparu dépassé du début à la fin du match. D'abord sur le but . Sur le premier but de Diego Carlos. Sur le but de Waris, Kehrer se troue totalement et permet à Coulibaly de prendre le ballon.  Sur le troisième but nantais, ensuite, qui provient d'un dégagement en catastrophe de Thilo Kehrer. Et ce n’était pas fini. A la 68e, alors qu’il avait largement l’avantage face à Waris, ce dernier est parvenu, on ne sait comment, à récupérer le ballon, à éliminer Kehrer avec une facilité inquiétante. Heureusement pour Kehrer, Buffon était encore présent.

Une telle prestation devient, ces derniers temps, habituelle chez Kehrer. Depuis l’élimination du PSG face à Manchester United, il enchaîne les contre-performances. Face aux Red Devils, il avait commis une grosse bourde sur l'ouverture du score ; depuis, il est la cible régulière  des critiques des supporters parisiens. Il a ensuite été relégué sur le banc par Tuchel pendant deux matchs, avant de retrouver son poste grâce à la blessure de Thomas Meunier. Mais jamais il n'aura semblé retrouver son assurance et sa mâturité d'avant. D'avant ce huitième de finale cauchemardesque dont il a été, finalement, la principale victime. Et ce n'est pas sa prestation face à Nantes ce mercredi qui pansera cette plaie. 
 

Le tweet : Les supporters parisiens rendent hommage à Notre-Dame