Nantes / Nîmes
La minute d'applaudissements pour Emiliano Sala à la Beaujoire | LOIC VENANCE / AFP

Ligue 1 : Nantes chute lourdement face à Nîmes (4-2)

Publié le , modifié le

Il y a eu le match de l’espoir, contre Saint-Etienne, samedi à la Beaujoire face à Nîmes, c’était le match du deuil pour le FC Nantes, trois jours après avoir appris le décès de son numéro 9, Emiliano Sala. Malgré deux buts inscrits en première période, les Nantais ont littéralement craqué pour s'incliner 4-2 et laisser un goût amer à une journée qui restera dans l'histoire du club.

« Emi’ pour toujours » ! Le message inscrit sur le bord de la pelouse nantaise, montrait que cette journée et ce match restera, malheureusement, dans l’histoire du Football Club de Nantes. De la direction aux supporters, en passant par les joueurs, tout était prévu pour dire un dernier adieu à Emiliano Sala

Une victoire aurait pu donner du baume au coeur aux Nantais mais comme souvent depuis ces derniers temps en Ligue 1, les hommes de Vahid Halilhodzic ont encore perdu : la 4e fois en 5 matches.

Les Canaris, vêtus de noir avec « Sala » floqué dans le dos, ont été animés par ce qu’affectionnait leur ancien coéquipier : marquer. Alors que Nantes n’a inscrit qu’un seul but sur ses quatre derniers matches, le FCN a livré une première mi-temps quasi parfaite et aurait pu mener 3-0 à la pause. Kalifa Coulibaly a ouvert le score dès la 15e minute, sur un service parfait de Valentin Rongier pour son 100e match avec Nantes, avant que Majeed Waris fasse le break (37e).

45 minutes puis plus rien 

Une première période qui aurait pu devenir parfaite. Grand ami de Sala, Nicolas Pallois a cru à une après-midi parfaite quand il voulut dédier son but à celui qu’il avait pris sous son aile. Malheureusement, la VAR en a décidé autrement.

Au retour des vestiaires, Nantes s'est complètement écroulé. Baptiste Guillaume a réduit la marque dès la reprise (47e) et a remotivé des Nîmois bien plus juste et entreprenant. Après un penalty refusé par la VAR, Antonin Bobichon est à la conclusion d'un mouvement à trois et trompe remarquablement Ciprian Tatarusanu d'un centre-tir qui lobe le portier nantais. 

La suite tourne au cauchemar pour un FC Nantes méconnaissable.  Jordan Ferri (85e) puis Sada Thioub (89e), assomme une l'équipe ligérienne qui se devait de retrouver la victoire. Quinzième, le FC Nantes se rapproche dangereusement de la zone rouge, à 5 points de Monaco barragiste.