Nimes Montpellier
La violente collision entre Bernardoni (en jaune) et Suarez (en bleu). |

Ligue 1 : Montpellier accroche le nul à Nîmes, dans le derby du Languedoc

Publié le , modifié le

Dans un stade des Costières bouillant, des Nîmois survoltés ont été accroché par le rival Montpellier (1-1). Ce derby du Languedoc, le premier à Nîmes en Ligue 1 depuis la saison 1992-1993, s'est avéré être un affrontement physique. Dans le jeu, les Crocos ont été les plus dangereux, face à des Pailladins en panne d'inspiration. Mais le MHSC a su égaliser dans le dernier quart d'heure par Andy Delort. Montpellier prend la cinquième place, Nîmes reste onzième.

Le contexte : 

Vingt-cinq ans que Nîmes attendait de voir un derby du Languedoc dans son stade, en Ligue 1. Ce dimanche, la longue attente a pris fin, dans un contexte tendu. Le match aller, à Montpellier, avait largement tourné à l'avantage des Pailladins (3-0) mais avait été émaillé d'incidents. La rencontre avait été interrompu deux fois, quand un grillage avait cédé, puis quand des supporters avaient tenté de traverser le terrain pour aller "à la mailloche" avec les Nîmois, parqués dans la tribune d'en-face.

Depuis des mois, les fans des deux camps ont multiplié les provocations. La plus marquante étant le vol de la banderole historique du groupe de supporters montpelliérains "Butte Paillade" par les Gladiators nîmois. Le pire affront pour un ultra.

Ce dimanche, le stade des Costières s'est donc embrasé le temps d'un match, un derby face à Montpellier qui se situe à une cinquantaine de kilomètres de Nîmes. Les supporters montpelliérains ont été interdits de déplacement par un un arrêté ministériel, seulement le sixième cette saison. Un important dispositif de sécurité a tout de même été déployé.

Le match : 

Antony Gauthier, l'arbitre du match, a lancé la rencontre dans une ambiance assourdissante. Elle a pris encore plus d'ampleur lorsque Loïck Landre a fait trembler les filets dès la deuxième minute de jeu. Sur un corner, le défenseur des Crocos a placé un coup de tête croisé imparable. 

Impressionnants d'envie et de détermination, les hommes de Bernard Blaquart ont pris leur adversaire à la gorge. Le match entre ennemis jurés a souvent tourné à un duel physique, délaissant l'aspect technique. En témoigne la grosse collision entre Bernardoni et Suarez (37e). La recrue hivernale de Montpellier a dû céder sa place à la pause. 

74e minute, tout un symbole

En seconde période, les situations dangereuses en faveur des Nîmois ont pullulé. Ripart et Savanier, à la suite (47e), se sont signalés, poussant Benjamin Lecomte à la parade. Le portier du MHSC a ensuite sauvé son équipe en privant Jordan Ferri de son premier but sous les couleurs du NO (54e). Loïck Landre a même cru au doublé, mais il s'est rendu coupable d'un hors-jeu suite à un cafouillage (62e).

En revanche, Montpellier a confirmé ses difficultés actuelles dans le jeu. A la peine offensivement lors des derniers matches, les hommes de Michel Der Zakarian ont de nouveau eu du mal dans la construction. Mais ils ont réussi à se lâcher dans les vingt dernières minutes. 

Coup sur coup, les Pailladins ont mis la pression sur le but adverse. Tout d'abord, Paul Bernardoni a donné de sa personne en sortant devant Andy Delort. Puis le gardien du club promu s'est détendu parfaitement sur une frappe instantanée de Skuletic. Avant de craquer. Il se fait devancer par Andy Delort, bien servi par Gaëtan Laborde. Le buteur montpelliérain réalise le geste juste, en lobant le gardien. Une égalisation survenue à la 74 minute. 74 comme l'âge auquel Louis Nicollin, emblématique président du MHSC, est décédé en 2017. Les dernières minutes du match se sont révélées décousues, la fatigue prenant le dessus. Mais aucune des deux équipes n'est parvenue à inscrire le but victorieux (1-1).

Le chiffre : 43

Qui dit derby, dit intensité et engagement. Poussé par un public bruyant, les deux équipes se sont données corps et âme dans l’affrontement. Tacles appuyés et télescopages, l'arbitre de la rencontre, Antony Gautier, a eu du travail. En tout, il a sifflé 43 fautes dans la rencontre (selon les chiffres de la Ligue de Football Professionnel).