Golovin Monaco Nice
Discret depuis le début de saison, Golovin était dans tous les bons coups contre Nice. | AFP

Ligue 1 : Monaco relance la machine contre Nice

Publié le , modifié le

Première victoire pour l'AS Monaco après un début de saison catastrophique. Portés par un Aleksandr Golovin étincelant, les joueurs du Rocher ont su prendre la mesure de l'OGC Nice mardi soir (3-1). Ils sortent au moins provisoirement de la zone rouge, trop longtemps occupée depuis le début de la saison passée.

Sans victoire lors des six premières journées de Ligue 1 et bafoué dans son antre par Marseille lors de son dernier match à domicile (3-4), l'AS Monaco a rebondi mardi soir face au voisin niçois (3-1). Si les hommes de Leonardo Jardim ont encore encaissé un but et montré quelques largesses défensives (surtout dans le premier quart d'heure), le secteur offensif a encore prouvé qu'il était redoutable. Wissam Ben Yedder a notamment inscrit son 4e but de la saison en scellant la rencontre sur le but du 3-1. Mais l'homme du match est sans conteste Aleksandr Golovin. Le Russe a inscrit les deux premiers buts de son équipe avant d'endosser le rôle de passeur décisif sur le dernier.

Golovin n'est pas mort, vive Golovin

Le Russe a ouvert la marque à la 29e minute après avoir combiné avec un Cesc Fabregas des bons soirs. Le milieu de 23 ans s'est mis sur son mauvais pied (le gauche) pour nettoyer la lucarne de Walter Benitez d'une frappe croisée. Il s'est offert un doublé à la 73e minute après un gros travail de temporisation d'Islam Slimani, à la réception d'un long ballon dans le camp adverse. Arrivé lancé, Golovin a eu le temps de contrôler pour tromper Benitez à nouveau. Et cinq minutes plus tard, l'international russe fixe dans l'axe après un double contact avant de donner une offrande à Wissam Ben Yedder, tranquille face au portier niçois (80').

Organisés autour de trois défenseurs de métier et d'un milieu de terrain densifié (Bakayoko-Fabregas-Golovin), les Monégasques ont œuvré par attaques rapides, laissant la maîtrise du cuir aux Niçois (61% de possession). Cela ne les a pas empêchés d'être plus dangereux que les Aiglons (17 tirs à 10). Le plan mis en place par Jardim n'était pas parfait car ses joueurs ont bu la tasse en début de match avec un arrêt réflexe de Benjamin Lecomte dès la 1ère minute sur une reprise d'Alexis Claude-Maurice. Puis, c'est Youcef Atal qui s'est baladé dans la surface monégasque pour servir Adrien Tamèze en retrait, lequel a manqué le cadre. C'est pourtant plus tard, à la 52e minute, que les Niçois ont trouvé le chemin des filets. Sur un corner mal renvoyé par Slimani, c'est Patrick Burner qui a fusillé Lecomte à bout portant.

Les hommes de Patrick Vieira n'ont pas réussi à profiter de l'élan insufflé par l'égalisation et c'est là la vraie satisfaction du côté de Monaco. On avait vu le club du Rocher s'effondrer comme un château de carte contre l'OM dix jours plus tôt après avoir mené 2-0. Cette fois, les hommes de Jardim ont su se reprendre, et cela leur permet de prendre un peu d'air, hors de la zone rouge, avant la suite de la 7e journée de Ligue 1. Alors que du côté de Nice, on a manqué l'occasion de rejoindre le PSG en tête du classement...