Monaco

Tour de France de la Ligue 1 : Monaco, prince malade

Publié le , modifié le

Après une saison 2018/2019 désastreuse au cours de laquelle le club a frôlé la relégation, l'AS Monaco garde des ambitions très hautes pour l'année à venir. Pour retrouver les sommets du classement, les Monégasques devront avant tout retrouver une sérénité collective complètement perdue.

• Bilan 2018-2019 : A la poubelle, vite ! 

Certaines saisons sont à oublier, à rayer de la carte de visite, à balayer sous le paillasson du club. La saison 2018-2019 de l’AS Monaco est de celles-là. De bout en bout, les Monégasques ont lutté pour leur maintien alors qu’ils étaient partis pour combattre avec les géants. Le bilan comptable est triste comme un été anglais : huit malheureuses victoires pour douze nuls et dix-huit défaites. Monaco, le rival de Paris ? Pas du tout : à peine un danger pour le 16e de Ligue 1. Ce fut un chemin de croix pour le champion de France 2017, et ce jusqu’à la dernière journée ; ponctuée par une énième défaite à Nice (2-0). Rien à sauver. Ah si…Les Monégasques pourront difficilement faire pire en 2018-2019.

• Mercato d'été : Dynamiter et consolider

C’est donc à la suite de ce naufrage qu’il a fallu prendre le taureau par les cornes, et s’engager dans un mercato intelligent. Car la saison dernière a été très volumineuse en termes d’arrivées et d’euros dépensés, sans que les résultats ne suivent. Ainsi Cesc Fabregas, William Vainqueur ou Gelson Martins ont à peine relancé la machine, juste assez pour la faire sortir de la zone rouge. Les qualités étaient là à l’ouverture du mercato d’été, il restait seulement à capitaliser dessus. D’abord, confirmer Gelson Martins. Le Portugais est un véritable dynamiteur, il l’a prouvé depuis son arrivée en janvier. Il peut être l’étincelle dont aura besoin Monaco dans les moments chauds. Jackpot : le milieu offensif s’est engagé pour 5 saisons, donc jusqu’en 2024. 

L’autre dossier brûlant était le poste de gardien. Danijel Subasic reste encore un an à Monaco, mais il est blessé et son retour n’est pas programmé. L’incertitude était trop grande : Monaco s’est payé les services du bondissant gardien de Montpellier, Benjamin Lecomte. Il sera numéro un. Enfin, il se murmure que Mariano Diaz pourrait évoluer devant les tribunes désertiques de Louis II l’an prochain. D’après le quotidien espagnol Mundo Deportivo, l’AS Monaco aurait formulé une offre pour faire revenir le dominicain en Ligue 1. Une issue favorable serait bienvenue pour la troupe à Leonardo Jardim, qui pourrait avoir grand besoin d’un attaquant alors que Radamel Falcao est annoncé du côté de Galatasaray. 

• Le joueur à suivre : Aleksander Golovin

Il devait être le chef d’orchestre, il n’a été qu’un matelot de plus sur un navire à la dérive. Aleksander Golovin n’a pas eu le rendement attendu. Loin de là. Révélation du dernier mondial avec la séduisante équipe de Russie, il était arrivé comme le messie, recruté pour la modique somme (tout est relatif au football) de 30 millions d’euros. Sous Jardim, sous Henry, rien n’y a fait : le Golovin du mondial n’a jamais ressurgi. A-t-il été trop déplacé d’un bout à l’autre du terrain, à tel point qu’il n’a jamais réussi à trouver ses marques dans les différents systèmes de jeu proposés par l’AS Monaco ? Ou tout simplement a-t-il mal vécu l’éloignement géographique et le fossé culturel qui le séparent de sa Russie natale ? 

Tour de France de la Ligue 1 : Monaco, prince malade
© AFP

Si c’est le cas, l’année passée a pu suffire pour l’acclimatation ; celle à venir pourrait être celle du décollage. Et à voir ses prestations de plus en plus abouties sur la fin de la saison, la dynamique est plus positive que négative. Alors va-t-il redevenir l’un des joueurs les plus séduisants et décisifs du monde sur cette saison 2019-2020 ? De la réponse à cette question dépendra grandement le retour de Monaco au plus haut niveau. 

• Les enseignements de l'avant-saison 

Il y a du bon et du très moyen pour Monaco sur cette préparation estivale. Tout a commencé par une démonstration contre le Cercle Bruges (club filiale de Monaco, 13e de Division 1 belge la saison dernière) 4-1. Six jours après la reprise de l’entraînement, les hommes de Leonardo Jardim ont rassuré, d’autant plus que les titulaires n’ont joué qu’une mi-temps. La suite a été beaucoup plus laborieuse. Face à Lokeren, Lausanne sport et Everton, ils ont enchaîné trois défaites consécutives.

Le pire a sans doute été atteint en Belgique face à Lokeren (pourtant relégué en Division 2 belge cette saison) contre qui les Monégasques ont encaissé cinq buts sans en inscrire un seul. Il était alors évident que les joueurs manquaient de rythme et de jambes, face à des adversaires qui avaient repris l’entraînement deux semaines plus tôt. 
 

Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco.
Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco. © VALERY HACHE / AFP

Monaco a fini par retrouver le chemin de la victoire, par deux fois, et face à des adversaires d’un tout autre calibre que nos amis belges. Le FC Valence et le FC Porto ont tous les deux cédé face à la solidité monégasque (1-0 à chaque fois). Comme un symbole, les deux recrues se sont illustrées lors de leur dernier match face au club portugais : Gelson Martins a marqué le but de la victoire, tandis que le gardien Benjamin Lecomte a sauvé les siens sur un penalty adverse. La dynamique est donc plutôt bonne au moment d’aborder le championnat. 

• Les ambitions pour la saison : retrouver la Ligue des Champions

Le podium, a minima, et surtout, la qualification pour la Ligue des Champions. “Monaco a besoin de jouer cette compétition, a expliqué Oleg Petrov, le vice-président de l'AS Monaco à l’AFP. C'est là où le club doit évoluer pour des raisons d'image, mais aussi de projets commerciaux. La Ligue des champions permet de faire venir les meilleurs joueurs. Sans elle, ce n'est pas possible.” Un tout autre résultat serait une déception pour Monaco, qui reste le troisième budget de Ligue 1 derrière Paris et Lyon. 

Monaco est-il un candidat au titre ? Il en a en tout cas l’effectif, et l’expérience. Plus que Lille ou Saint-Etienne, le club monégasque aspire à jouer les tout premiers rôles. La saison précédente se doit de rester une parenthèse noire, un incompréhensible et oubliable trou d’air.