Ligue 1 : Monaco-Lille, un duel aux multiples enjeux

Publié le , modifié le

Auteur·e : Charlotte Diry
Lille - Monaco
Lille-Monaco lors du match aller de la 13e journée de Ligue 1, le 6 décembre 2020. | DENIS CHARLET / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alors qu’il ne reste plus que neuf journées au calendrier de la Ligue 1, le suspense reste total concernant le futur champion de France. Le titre se jouera entre le quatuor de tête Lille, Paris Saint-Germain, Lyon et Monaco. Le match entre le leader lillois qui se déplace sur le Rocher, s'annonce plus qu'important.

Bousculé par Strasbourg lors de la 26e journée de championnat, les Monégasques avaient perdu gros en s’inclinant 1-0. Des points précieux lâchés au plus mauvais moment de la compétition. Les Lillois, eux, plus sereins n’avaient pas flanché face à Marseille en s’imposant 2-0 en toute fin de match. Une victoire qui leur avait permis de conforter leur place de leader. Pourtant, Lille a également des failles. Le club avait connu deux nuls en quatre matches. Pour cette rencontre choc, Monaco n’a donc pas d’autre choix que de s’imposer pour tenter de stopper le LOSC dans sa course au titre.

Le premier objectif est comptable

C'est un poncif auquel les acteurs du foot ont si souvent recours. Et pourtant c'est bien l'enjeu réel de ce choc. Dans ce sprint final, la course aux "3 points" prend tout son sens, d'autant plus contre un concurrent direct. Légèrement à la traîne, l'AS Monaco compte un écart de sept points avec le leader Lillois. Tout autre résultat qu'une victoire scellerait le sort des Rouge et Blanc qui pourraient ainsi se retrouver à dix longueurs des Dogues. Un gouffre quand on sait que les clubs en lice pour le titre surfent souvent sur des dynamiques positives en fin de saison.

En face, le LOSC doit lui résister au retour de ses trois rivaux avec un simple joker en poche. Les Nordistes ne disposent plus que de deux points d'avance sur le PSG (avec une moins bonne différence de buts) et trois sur Lyon. A chaque journée, Lille doit gérer cette pression et a ce dimanche l'occasion d'écarter un concurrent. Finalement, le partage des points n'arrangerait pas grand monde... sauf Paris et Lyon. 

Si les Monégasques semblent plutôt avantagés concernant leurs adversaires à venir, Lille doit faire face à un calendrier relevé. Monaco aura un seul match avec le prétendant au titre, Lyon. Pour le reste des rencontres, les Rouge et Blanc affronteront des équipes de bas de tableau ou du ventre mou du classement. Le LOSC lui aura également un choc contre l'OL à Décines mais en plus un déplacement au PSG. Autant de matches primordiaux pour la suite de la compétition. 

L’Europe oui, mais laquelle ?

Monaco et Lille connaîtront très certainement l’Europe la saison prochaine. Mais reste encore à savoir dans quelle compétition : Ligue des Champions ou Ligue Europa ? Si participer à l’une des deux compétitions européennes est l’aboutissement d’une saison réussie pour chaque club, un aspect économique non négligeable se cache là derrière.

Avec un budget de 147 millions d'euros pour l'année 2020-2021, Lille, est le seul club français a avoir disputé les 16es de finale de la Ligue Europa cette saison. Les Nordistes avaient finalement été éliminé par l’Ajax Amsterdam (match aller défaite 2-1, match retour défaite 2-1). Mais le club en ressort avec un beau petit pécule de 6,010 millions d’euros, une fois toutes les primes ajoutées en fonction de ses résultats continentaux depuis la phase de groupes. Une aide financière bienvenue pour continuer à investir et décrocher le fameux sésame pour la Ligue des Champions. 

Yazici Yusuf, buteur lors du match retour de League Europa face à l'Ajax Amsterdam, le 25 février 2021.
Yazici Yusuf, buteur lors du match retour de League Europa face à l'Ajax Amsterdam, le 25 février 2021. © JOHN THYS / AFP

Si ces sommes semblent déjà importantes, ce n’est toutefois rien comparé aux revenus de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Dès la phase des matches de groupe, les trente-deux clubs participants à la C1 reçoivent 15,25 millions d’euros, soit 12,33 millions de plus qu’en Ligue Europa, au même stade. Marseille et Rennes, qui avaient eux participé à la Ligue des Champions, ont empoché respectivement 17,95 et 16,15 millions d'euros. Des montants largement supérieurs à ce que Lille a pu gagner, alors que les deux clubs ont fait pâle figure dans leur groupe respectif. 

Et quand on sort des poules, les bonus s'additionnent. Un quart de finale en Ligue des Champions rapporte 10,5 millions à chaque club, alors qu'en Ligue Europa, cela vaut "seulement" 1,5 millions d'euros. Les demi-finales, valent elles, 12 millions en LDC contre 2,4 millions en C3. Des écarts considérables entre les deux compétitions européennes, qui justifient bien que Monaco et Lille aient envie de se surpasser pour renforcer le budget de leur club respectif. Tout compte fait, entre la première et la quatrième place, l'enjeu en vaut largement la chandelle. C'est donc une bataille sans faille qui s’annonce, durant ces neuf dernières journées de championnat. Et ça commence ce dimanche sur le Rocher.