Ligue 1 : À Monaco, le PSG remet les pendules à l'heure

Publié le , modifié le

Auteur·e : Leo Anselmetti
Kylian Mbappé
L'attaquant du PSG Kylian Mbappé s'interroge sur la fin de saison | Valery HACHE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Trois jours après la magnifique rencontre opposant le PSG à Monaco au Parc des Princes (3-3), les champions de France en titre n'ont cette fois laissé aucun point à leurs adversaires, écrasant les coéquipiers de Wissam Ben Yedder sur le score de 4 buts à 1. Les Parisiens s'envolent à huit points de Marseille, deuxième, tandis que Monaco reste bloqué à la 9e place de Ligue 1.

Finalement, ce n’était pas le même match. Dominés toute la rencontre par un Paris Saint-Germain des grands soirs, l’AS Monaco n’a, cette fois, rien pu faire face à l’armada parisienne (2-0). Rigoureux, le PSG a ouvert le score par l'intermédiaire de Kylian Mbappé (24e, 90e), auteur de ses deux premier buts sur la pelouse de son club formateur, tandis que Neymar (45e) et Pablo Sarabia (73e) se sont également joints à la fête. Au classement, Paris accroît son avance en tête du championnat avec huit points de plus que son dauphin marseillais tandis que le club du Rocher, qui lorgne l'Europe, stagne à une 9e place qu'il lui tarde de quitter. 

Des débuts à 100 à l'heure

Cinq minutes de jeu… et déjà cinq tirs. Cet "Acte II" entre Paris et Monaco est parti sur les mêmes bases que trois jours plus tôt, et ce superbe match nul (3-3) opposant ces deux mêmes équipes au Parc des Princes et offrant l’une des plus belles rencontres de la saison aux fans de Ligue 1. Le moins que l'on puisse dire est que les acteurs de ce dimanche soir ont voulu remettre le couvert. C’est ainsi que Kylian Mbappé (2e), Wissam Ben Yedder (3e), Gelson Martins (4e) et Neymar (5e) ont très rapidement mis à contribution les deux gardiens.

Mais ce rythme-là, Monaco n'a pas réussi le tenir plus longtemps. Par leur pressing, les Parisiens, pourtant privés de Verratti et Marquinhos au coup d'envoi, ont imposé leur domination, notamment en s'obligeant à ne pas perdre le ballon pour empêcher l’ASM de partir en contre, qui excelle dans l'exercice depuis l'arrivée de Robert Moreno sur son banc. Surtout, sans oublier de continuer à attaquer. A l'image de Neymar, illustrant sa très bonne forme du moment d’une lourde frappe du droit (17e), puis d’une sublime talonnade (18e). Finalement sans conséquence. 

Mbappé dans son jardin

Mais ce qui devait arriver arriva. Sur la pelouse qui l’a fait connaître aux yeux du monde, Kylian Mbappé, parfaitement servi en profondeur par Angel Di Maria, a profité de ce temps fort parisien pour ouvrir le score d’un tir croisé (24e), synonyme de 12e but de la saison. Mais surtout, son premier à Louis II, contre son club formateur. Beaucoup moins incisifs qu’il y a trois jours de cela, les Monégasques se sont peu à peu fait happer par l’ascendant psychologique de leurs adversaires, laissant les champions de France en titre dérouler leur jeu. Jusqu’à ce que Neymar convertisse un penalty obtenu par Layvin Kurzawa au meilleur des moments (45e). 

Après une pause passée à ruminer, Monaco a montré un bien meilleur visage en seconde période. D'une lourde frappe de l'extérieur de la surface (52e), Aleksandr Golovine a lancé la charge, avant que Ben Yedder (62e) et Keita Baldé (63e) ne fassent passer une petite frayeur dans le camp parisien. Sentant les siens se reposer sur leurs acquis, Thomas Tuchel a décidé de redonner un peu d'élan à son équipe en faisant entrer Pablo Sarabia et Marco Verratti. Et une petite minute plus tard... Le premier marquait sur une merveilleuse passe décisive du second (73e).

Paris était trop fort

C'en était trop pour Monaco, dont la série de six victoires consécutives a pris fin en même temps que leurs espoirs de tenir tête à l'armada du champion de France deux fois d'affilée, malgré la réduction du score de Bakayoko à la suite d'une mauvaise sortie de Keylor Navas sur un coup franc venant de la droite (86e). D'autant plus que Kylian Mbappé s'est offert un doublé pour clore la rencontre sur une bonne note (90e). 

Quoi qu'il en soit, ce qu'ont montré les Monégasques par courtes périodes ont une nouvelle fois prouvé que leur effectif est à la hauteur de leurs ambitions : un ticket européen. De son côté, Paris, quasiment déjà assuré de terminer une nouvelle fois à la plus haute place de Ligue 1, s'est à nouveau promener offensivement en marquant au moins trois buts pour la neuvième fois d'affilée toutes compétitions confondues. Reste à parfaire sa défense en vue de sa double-confrontation en huitièmes de finale de la Ligue des champions face au Borussia Dortmund.