Ligue 1 : Marseille s'impose contre Nantes avec la manière

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Monier
Dimitri Payet, buteur face à Nantes
Dimitri Payet, buteur face à Nantes | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Humilié en Ligue des champions par Porto mercredi, l'Olympique de Marseille a relevé la tête en Ligue 1. Face à Nantes, l'OM a montré un visage plaisant pour s'imposer (3-1). Les hommes de Villas-Boas remontent provisoirement sur le podium de Ligue 1.

Ce samedi, l'Olympique de Marseille a joué au football. Cette affirmation pourrait avoir des allures d'évidence pour le lecteur non averti, mais l'observateur régulier des Phocéens sait qu'elle n'est que trop rarement avérée cette saison. Dominateur, offensif, parfois fulgurant, l'OM s'est imposé contre Nantes (3-1) et remonte provisoirement à la 3e place de Ligue 1.

Le réveil après la honte

L'ambiance était pourtant morose avant cette 12e journée de Ligue 1. L'OM retrouvait le Vélodrome la tête basse, trois jours après une historique 13e défaite d'affilée en Ligue des champions (0-2 contre Porto). Les joueurs ont sans doute béni l'absence de supporters, remplacés une fois de plus par une bruyante sono. Privés de stade, certains ont pu exprimer leur mécontentement lors du départ du bus olympien pour le Vélodrome. Steve Mandanda et André Villas-Boas sont alors descendus pour échanger avec eux. 

Cette pression populaire a-t-elle réveillé les Marseillais ? Les joueurs se sont-ils "dit les choses" ? Le rapprochement récent entre la Lune et Uranus a-t-il fait son effet ? Des questions, peu de réponses mais une réalité : l'OM a montré son meilleur visage depuis longtemps. Le renouveau marseillais est passé une maîtrise retrouvée, une domination au milieu pour ensuite lancer des offensifs en forme. Valentin Rongier s'est illustré dès la 2e minute d'une ouverture parfaite pour Florian Thauvin dans le dos de la défense. L'attaquant a joliment enchaîné de l'extérieur du pied pour lober Alban Lafont

Lafont héros pour rien

Le portier est sans aucun doute le Nantais du match, malgré la défaite. Moins de cinq minutes après l'ouverture du score, Lafont a maintenu son équipe à flot d'une double parade. D'abord pour repousser une frappe dans l'axe de Michaël Cuisance, puis pour bloquer la reprise excentrée de Dario Benedetto (7e). Rebelotte peu après, devant un tir de l'Argentin sur un service d'Hiroki Sakai (11e). Lafont s'est fait peur dans un duel remporté face à Dimitri Payet, où le milieu offensif a percuté son genou (23e). 

Le gardien a gardé sa place, mais n'a pas pu empêcher les Olympiens de doubler la mise. Trouvé à l'entrée de la surface d'un centre extérieur du pied de Cuisance, Payet a parfaitement placé son tir hors de portée de Lafont (35e, 2-0). Les Nantais ont mené une révolte trop timide, limitée à une intervention risquée de Duje Caleta-Car devant Randal Kolo Muani dans la surface (37e) et à un coup de casque sur la barre d'Abdoulaye Touré (39e). Ils ont surtout rendu les armes face à la domination marseillaise, tout aussi incontestable en seconde période. 

à voir aussi Ligue 1 : revivez la rencontre entre l'Olympique de Marseille et Nantes Ligue 1 : revivez la rencontre entre l'Olympique de Marseille et Nantes

Pour parfaire une belle après-midi, Benedetto a enfin débloqué son compteur cette saison. L'Argentin a transformé en puissance un penalty, après une faute de main de Jean-Charles Castelletto (61e, 3-0). Une libération pour Benedetto et l'occasion de rendre hommage à Diego Maradona, dont le visage était affiché dans un virage du Vélodrome. La réduction de l'écart de Ludovic Blas (3-1, 73e) n'a pas fait douter les Olympiens, malgré une logique baisse de régime en fin de rencontre. 

Pour seulement la troisième fois de la saison (après Bordeaux et Strasbourg), l'OM a inscrit plus d'un but lors d'une même rencontre. Un quatrième succès de suite en Ligue 1, après deux pénibles 1-0, et un contenu porteur d'espoir pour la suite de la saison. On pourrait pointer du doigt la faiblesse des Nantais ce samedi. L'OM aura rapidement l'occasion de confirmer, ou de rechuter, mardi contre l'Olympiakos. Une rencontre capitale pour mettre fin à leur triste série, mais surtout pour espérer être reversé en Ligue Europa.