Les attaquants marseillais Dario Benedetto et Nemanja Radonjic
Les attaquants marseillais Dario Benedetto et Nemanja Radonjic buteurs contre Toulouse | AFP - Pascal PAVANI

Ligue 1 : Marseille retrouve sa place de dauphin

Publié le , modifié le

Sans briller et bien aidé par l'expulsion du Toulousain Moreira en première période, l'OM a assuré l'essentiel en venant à bout du TFC grâce à trois minutes de folie ponctuées par des buts de Dario Benedetto et de Nemanja Radonjic (2-0). Avec cette troisième victoire consécutive, Marseille retrouve sa place de dauphin au détriment d'Angers, tandis que les Toulousains sombrent de plus en plus dangereusement.

L'OM s'en contentera. Sans vitesse ni folie pendant plus de 75 minutes, l'Olympique de Marseille s'en est remis à Dario Benedetto (1-0, 77e) pour débloquer une situation mal embarquée sur la pelouse de Toulouse malgré une supériorité numérique acquise très tôt dans la partie. Soulagés, tout a été subitement plus simple pour les Marseillais, qui ont entériné la victoire grâce à une action individuelle de Nemanja Radonjic, (2-0, 79e) afin de déloger Angers à la 2e place de Ligue 1 et de faire dangereusement couler Toulouse tout en bas du tableau. 

Reynet a retardé l'échéance

Mais que ce fut compliqué ! Galvanisés par leurs deux très belles victoires consécutives face à Lille (2-1) et Lyon (2-1), les Marseillais ont attaqué le match pied au plancher. Sur un corner frappé par Dimitri Payet, Lucas Perrin a obligé Baptiste Reynet à s'employer dès la 2e minute de jeu pour empêcher une entame chaotique aux Toulousains. S'en est suivie une petite demi-heure de domination phocéenne, marquée par une tentative de Valentin Rongier dans la surface (18e) et d’une puissante frappe des 25 mètres de Dario Benedetto (25e), toutes deux repoussées par le portier du Téfécé.

Puis, l'OM a peu a peu perdu le contrôle du jeu, laissant les locaux prendre confiance. Finalement sans conséquence, la faute à de derniers gestes bien trop imprécis de la part des 19e de Ligue 1, beaucoup trop obnubilés à rechercher Yaya Sanogo sur de longs ballons aériens plutôt que de poser leur jeu. 

Mais Moreira a fait couler Toulouse

C’est alors que Steven Moreira a pété les plombs. En retard sur une percée de Bouna Sarr, le défenseur toulousain, au lieu de laisser passer son homologue marseillais, a décidé de s’essuyer les crampons sur son genou (42e). Résultat ? Un aller simple vers les vestiaires et une belle épine dans le pied de Toulouse pour finir la rencontre en infériorité numérique. Mais si l'on pensait que l'OM allait pousser pour ouvrir le score dès le début de la seconde période, c'est bien Toulouse qui était le plus proche d'y arriver à la suite d'une frappe lointaine de Max-Alain Gradel s'échouant juste au-dessus de la transversale de Steve Mandanda, complètement battu (48e). 

Benedetto en sauveur 

Sans aucun rythme, la suite de la rencontre a bien failli échapper aux Marseillais, incapables de profiter de leur avantage numérique lorsque Ibrahim Sangaré a fusillé le but phocéen d'une tête à bout portant. Mais Steve Mandanda ne l'entendait pas de cette oreille et a sauvé les siens d'une parade réflexe sur sa ligne dont il a le secret.

Il n'en fallait décidément pas moins pour que l'OM se secoue et inscrive deux buts en moins de trois minutes afin de faire respecter la hiérarchie. C'est ainsi que d'une passe lumineuse, Dimitri Payet a trouvé Dario Benedetto dans un trou de souris pour offrir l'ouverture du score au numéro 9 argentin (77e) avant que Nemanja Radonjic ne crochète Rogel afin de glisser le ballon entre les jambes de Baptiste Reynet (79e).

Heureux dauphin avec une différence de buts à peine positive à l'issue de la 14e journée (+1), l'Olympique de Marseille enchaîne avec un neuvième point glané en trois matches pour déloger Angers de la deuxième place et s'offrir une bonne dose de confiance avant d'accueillir Brest, vendredi prochain, pour tenter de faire fructifier son avance à l'approche de la trêve hivernale.