Valère Germain

Ligue 1 : A Marseille, la vie sans avant-centre

Publié le , modifié le

Aveu de faiblesse ou coup de poker ? Rudi Garcia a joué sans N.9 face au PSG (défaite 2 à 0), et il pourrait recommencer dimanche, à Montpellier, pour la 12e journée de Ligue 1, tant Germain et Mitroglou sont transparents, alimentant les rumeurs pour le mercato d'hiver.

"On n'a pas besoin d'un avant-centre", assurait l'entraîneur marseillais, fin août, après l'échec de la piste Balotelli, "Super Mario" ayant décidé de rester à Nice. Deux mois plus tard, le vide semble pourtant évident, au point que c'est Dimitri Payet qui officiait comme faux N.9 dimanche soir au coup d'envoi du Clasico, au Vélodrome, avec Thauvin et Ocampos sur les ailes. "Je n'ai rien inventé dans le football, et je pourrais le refaire", a seulement lâché Garcia vendredi en conférence de presse, refusant de "rentrer dans ce débat" de l'attaquant de pointe. "Avec un Mbappé marseillais, je suis prêt à parier que le résultat aurait été inverse" : mais Kylian Mbappé est parisien, au grand dam de Daniel van Buyten, ancien défenseur de l'OM, interrogé par France Football. Quant aux N.9 marseillais, ils étaient sur le banc des remplaçants (Valère Germain et Kostas Mitroglou) ou en tribune (Clinton Njie).

A l'heure d'aller affronter les Montpelliérains, bonnes surprises de ce début de saison, l'OM fait comme si de rien n'était. "On garde confiance en nos attaquants", insistait Bouna Sarr, le latéral droit marseillais, dans les colonnes de La Provence vendredi. "Valère et Mitro traversent une période où ils sont moins efficaces, (...) mais un but et ça repart, je ne suis pas inquiet là dessus", plaidait Payet la veille dans L'Equipe. Deuxième attaque de Ligue 1, avec 22 buts marqués, l'OM fait un peu illusion grâce à ces deux cartons 4-0 contre Toulouse et Guingamp, équipe du ventre mou et lanterne rouge au classement. Mais ses buteurs attitrés sont bien silencieux.  

Germain + Mitroglou + Njie = Thauvin

Trois buts en 11 matches de L1 pour Germain ; 3 pour Mitroglou, bien loin de cette étiquette de "Mitrogoal" qui lui avait été accolée à l'été 2017 lors de son arrivée pour 15 millions d'euros du Benfica Lisbonne, où il avait marqué 51 buts en deux saisons ; 1 pour Njie, resté à l'OM par défaut cet été, après son transfert avorté au Sporting Lisbonne: à lui tout seul, Florian Thauvin a marqué autant (7 buts) cette saison en L1. Mais "Flotov" ne jouera pas éternellement les sauveurs. "On fera le bilan en fin de saison", expliquait-il à Onze Mondial cette semaine, "mais je ne pourrais pas repartir sur une nouvelle saison sans jouer la Ligue des champions. Je suis très honnête avec ça". "Je suis à 0% de crainte de son départ", a rassuré Rudi Garcia à la Commanderie vendredi. Reste que pour l'instant c'est bien Montpellier qui a deux buteurs plus efficaces que les avant-centres marseillais, Andy Delort (5 buts) et Gaëtan Laborde (4).    

Depuis le départ de Bafétimbi Gomis pour Galatasaray à l'été 2017, le Vélodrome est orphelin de ce "grantattakan" censé mener le club "droit au but", conformément à sa devise. Le mercato d'hiver sera-t-il l'occasion pour Frank McCourt, le boss américain de l'OM, de recruter à ce poste ? Après le match contre le PSG, Adil Rami, défenseur central de l'OM, avait apparemment une petite idée du joueur à recruter: "Quelqu'un de méchant, qui fait peur à la défense, c'est mieux".  Mais Garcia a fermement réfuté vendredi la thèse selon laquelle son 11 de départ contre le PSG serait un appel du pied à ses dirigeants: "Non, pas du tout, 0% de message !".
 

AFP