Ligue 1: Marseille, battu au Vélodrome par Nantes, laisse filer l'Europe

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
La joie des nantais Diego Carlos et Coulibaly après le but de Girotto à Marseille
La joie des nantais Diego Carlos et Coulibaly après le but de Girotto à Marseille | AFP - GERARD JULIEN

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après les victoires de Lyon et Saint-Etienne, Marseille n'a pas tenu le rythme en s'inclinant au Vélodrome (2-1) contre Nantes, lors de la 34e journée de Ligue 1. Dans ce sprint final pour l'Europe, l'OM a peut-être perdu ses derniers espoirs de se qualifier pour une coupe d'Europe la saison prochaine avec cette 12e défaite de la saison. Les Nantais enchaînent une 4e victoire consécutive après avoir battu coup sur coup Lyon, le PSG et Amiens.

L'image est saisissante. Luiz Gustavo, bouche ouverte, comme éberlué par le geste qu'il a vu, s'en prend à Mario Balotelli. Quelques secondes avant, l'attaquant italien a asséné son poing dans le visage du défenseur nantais, Diego Carlos. Le Brésilien de l'OM pense alors que son équipe va être réduite à dix. Une sanction normale pour ce geste volontaire. Mais M. Hamel, l'arbitre, après intervention de son assistant, ne sort qu'un carton jaune. C'est un peu avant la mi-temps, et le N.9 marseillais s'était beaucoup mieux illustré d'une tête plongeante égalisatrice à la 25e minute, sur un bon centre d'Ocampos dans une défense apathique.

Nantes surfe sur la confiance

Dernière des trois équipes prétendantes à l'Europe à jouer ce week-end, l'OM savait qu'il n'avait pas le choix: gagner, comme Lyon et Saint-Etienne. La pression était donc forte. Mais elle ne saurait expliquer ce geste, dont Balotelli s'était déjà rendu coupable sans être sanctionné à Bordeaux contre un autre Brésilien, Pablo. Après avoir vaincu Paris et Lyon coup sur coup et engagé dans une série de trois victoires, Nantes était une équipe en confiance. Elle l'a montré en ne perdant pas la tête.

Pourtant, Marseille avait mis la pression avec deux tirs de suite d'Ocampos et Luiz Gustavo sur la première action. Mais la réaction nantaise était rapide, avec un duel gagné magnifiquement par Mandanda devant Coulibaly (2e). Et à la 22e minute, sur une perte de balle au milieu du terrain, le même Coulibaly ratait sa tentative, mais Moutoussamy était là pour placer un magnifique intérieur du droit qui rentrait avec l'aide du poteau (1-0). 

Manque de réalisme

Malgré des occasions contrées de Germain et Balotelli (38e), du même Germain sur une tête repoussé par Dupé (44e), les hommes de Rudi Garcia ne prenaient pas l'avantage. Au contraire. Sur un corner, Diego Carlos déviait le ballon (de la main ?) pour Girotto, au deuxième poteau, dont la reprise était insuffisamment repoussée par Mandanda pour le deuxième but nantais (50e, 2-1). L'OM manquait de réalisme. Luiz Gustavo, buteur lors des deux derniers matches victorieux, s'essayait à une frappe de loin, un peu trop enlevée (75e). Toujours une jambe nantaise sur le chemin des filets. 

Sans inventivité, l'OM s'incline pour la 12e fois de la saison, la 3e à domicile. "Marseille était dans l'obligation de gagner, on a profité un peu de leur nervosité", a expliqué Vahid Halilhodzic après le match. "Ce que je regrette, c'est que je pense qu'on pouvait donner plus. Rien n'est perdu, j'ai déjà été champion d'Angleterre à la dernière minute", tente de positiver Balotelli. Pourtant, l'Europe s'éloigne pour les Olympiens.