Ligue 1 : Lyon résiste à Strasbourg et retrouve enfin le goût de la victoire

Publié le , modifié le

Auteur·e : Vincent Daheron
Lyon
L'Olympique Lyonnais déroule contre Strasbourg. | FREDERICK FLORIN / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les Lyonnais ont remporté leur deuxième victoire de la saison après cinq matches consécutifs sans victoire en battant Strasbourg (3-2) à l'occasion de la 7e journée de Ligue 1. L'OL pensait avoir écrasé la rencontre en menant 3-0 après 42 minutes mais Strasbourg est revenu coup sur coup pour faire trembler jusqu'au bout les coéquipiers de Memphis Depay, auteur de trois passes décisives.

Lyon n'avait plus goûté à la victoire depuis le 28 août dernier et la réception de Dijon pour le compte de la première journée de Ligue 1. Un mois et demi plus tard et après cinq matches consécutifs sans victoire, l'Olympique lyonnais a profité de son voyage dans une Meinau chauffée à blanc pour prendre les trois points.

L'OL a tremblé jusqu'au bout

Mais l'OL s'est fait peur en voyant Strasbourg réduire l'écart juste avant la pause par l'intermédiaire d'Habib Diallo (44e) puis relancer complètement la rencontre au retour des vestiaires par une frappe de Jean-Eudes Aholou (55e). Relancer ? Oui, parce que Lyon avait démarré cette septième journée pied au plancher, comme revigoré par la trêve internationale, Memphis Depay en tête. La star néerlandaise de l'OL s'est occupé de tout en première mi-temps en délivrant tout simplement trois passes décisives pour creuser l'écart.

Dès la 12e minute, il lançait un long ballon sur Tino Kadewere qui profitait d'un Bingourou Kamara trop tendre dans les buts pour ouvrir le score. C'est encore à l'ancien attaquant havrais que Depay offrait un but tout fait pour le 3-0 (42e). Entretemps, Karl Toko-Ekambi avait transformé un centre fort rasant de Memphis Depay pour ce qui semblait mettre l'OL à l'abri (25e). Mais Strasbourg ne l'entendait pas de cette oreille et a poussé tout au long de la deuxième période pour mettre les Lyonnais au supplice. Ces derniers ont également mal négocié certains contres qui auraient pu mettre fin aux espoirs des Strasbourgeois qui restent 18e du classement.