Ligue 1 : Lyon laisse le podium à Monaco, la bonne opération de Lille contre le PSG... Le baromètre des concurrents au titre

Publié le , modifié le

Auteur·e : Coralie Salle
La joie de Cesc Fabregas et des Monégasques face à Metz.
La joie de Cesc Fabregas et des Monégasques face à Metz. | Valery HACHE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le sprint final est lancé dans la course au titre en Ligue 1, entre Lille, le Paris Saint-Germain, l'Olympique lyonnais et Monaco. Le quatuor se tenait en quatre points avant les matches du samedi 3 avril. Si les Monégasques ont tenu leur rang, ce sont les Dogues qui ont réalisé le gros coup de la 31e journée en allant battre le PSG. Avec son match nul à Lens, Lyon perd sa place sur le podium. Voici le baromètre de ce "super-samedi" en tête de Ligue 1.

• Lille (1er, 66 points) : des Dogues avec du mordant réalisent la bonne opération du jour

Au terme d'une prestation collective aboutie, le LOSC est venu à bout du Paris Saint-Germain (1-0), dans ce choc pour la première place de la Ligue 1. À l'image de Benjamin André, étincelant sur la pelouse du Parc des Princes, les Dogues ont été impériaux dans les duels, solides défensivement et tranchants en attaque. Et cerise sur le gâteau, la bonne prestation des Lillois a été récompensée par Jonathan David, qui a inscrit le seul but de la rencontre, son 10e en Ligue 1 cette saison, avant de sortir sur blessure. 

Une victoire, qui permet aux Dogues de croire de plus en plus au titre en championnat, eux qui prennent seuls les commandes de la Ligue 1 avec trois points d'avance sur le PSG. "On est premiers, je vous laisse faire les commentaires (si Lille est candidat au titre)...", s'est amusé Christophe Galtier après le match. "On est dans la bataille, Lyon, Paris et Monaco aussi. L'écart est petit. Il faudra garder le même engagement contre Metz et Montpellier (les prochains matches)." Afin de retrouver les joies d'un sacre qui leur échappe depuis 2011.

à voir aussi Le LOSC et ses "titis" parisiens réalisent le gros coup face au Paris Saint-Germain Le LOSC et ses "titis" parisiens réalisent le gros coup face au Paris Saint-Germain

• Paris Saint-Germain (2e, 63 points) : le PSG n'y arrive pas face aux cadors

Cette saison, le Paris Saint-Germain n'y arrive pas face aux gros. En effet, avec cette défaite face à Lille ce samedi, les coéquipiers de Neymar ont glané seulement quatre points sur 18 possibles contre leurs concurrents au titre en championnat. Un total insuffisant qui pourrait coûter cher au club de la capitale à la fin de la saison. D'autant plus que les Parisiens ont perdu cinq fois en Ligue 1 au Parc des Princes.

Des mauvais matches qui exaspèrent Marquinhos. Au micro de Canal +, le défenseur brésilien a analysé la performance de son équipe : "C'est décevant, à chaque fois qu'on perd, on dit la même chose. On a pris un but, ils ont pris petit à petit la confiance et on n'a pas réussi à marquer. Il y a plein d'équipes qui sont venues à Paris et qui se sont imposées. Il faut se mettre dans de meilleures conditions. C'est notre point négatif cette saison. On a eu des hauts et des bas, ça s'est beaucoup enchaîné."

Le Paris Saint-Germain affronte le Bayern Munich en Ligue des champions cette semaine, pour tenter de se refaire une santé en Coupe d'Europe, loin d'une saison de Ligue 1 décidément morose.

• Monaco (3e, 62 points) : la Principauté ne s'avoue pas vaincue

Dans cette lutte pour le sacre en Ligue 1, c’est Monaco qui avait ouvert le bal ce samedi 3 avril. Au bout d'une rencontre maîtrisée, les Monégasques ont largement battu le FC Metz, sur le score de 4 à 0 et ont ainsi soigné leur différence de buts.

Une victoire qui permet à Niko Kovac de rêver. Sur Canal+ après la rencontre, l’ancien entraîneur du Bayern Munich a évoqué pour la première fois à demi-mot son envie de remporter la Ligue 1 : "Si on continue comme ça, peut-être qu'il y a quelque chose à aller chercher. Il faut y aller pas à pas. Je le redis, l'objectif premier de Monaco est de consolider cette quatrième place. Mais oui, s'il y a un coup à jouer, on ne se privera pas et on le jouera", a expliqué le Croate.  

Contre le FC Metz ce samedi, ses hommes ont montré toute leur puissance offensive. Mais pour cela, il a fallu attendre la deuxième mi-temps, quand Kevin Volland et Wissam Ben Yedder sont entrés en scène, pour montrer une véritable exhibition offensive. L'ancien joueur du Bayer Leverkusen a marqué le deuxième but de la rencontre, après un travail conséquent du jeune Eliot Matazo (52e). Sa 14e réalisation en 29 matches de Ligue 1. 

Ben Yedder a aussi participé à la fête. L’international français a inscrit son 14e but de la saison, d’une frappe du pied droit (77e). Il a récidivé 12 minutes plus tard sur penalty. Avec ce doublé, l'ancien joueur du Séville FC est deuxième du classement des buteurs de la Ligue 1 cette saison, derrière Kylian Mbappé (20 buts).

• Lyon (4e, 61 points) : les Gones perdent leur place sur le podium

Le match nul obtenu par les Lyonnais ce samedi soir à Lens aura certainement un goût de défaite pour l'OL. Mis sous pression par les résultats de leurs concurrents, les hommes de Rudi Garcia ne sont pas parvenus à s'imposer dans le Pas-de-Calais, écoeurés par les nombreux arrêts de Jean-Louis Leca, comme à la 63e minute, dans un duel face à Kadewere. Alors que le match était plutôt équilibré jusque là, les Lensois ont ouvert le score dans un temps fort lyonnais, à la 65e minute, par l'intermédiaire de Jonathan Clauss. Mais l'OL a poussé pour égaliser , et y est parvenu à la 81e minute, sur une reprise acrobatique de Lucas Paqueta. Lyon a ensuite terminé le match à 10 contre 11 après l'expulsion d'Islam Slimani à la 90e minute, à la suite d'un tacle mal maîtrisé sur Doucouré.

Le match nul et la rétrogradation à la 4e place ne sont pas les seules mauvaises nouvelles pour l'Olympique Lyonnais ce soir. Les Gones ont aussi perdu Léo Dubois, sortis sur blessure à la 59e minute, qui semblait souffrir des adducteurs. A l'issue de la rencontre, Jason Denayer reconnaissait "une contre-performance". Mais selon le défenseur belge "tout est encore possible, même si on est décroché au classement".