Bertrand Traoré lors de Reims-Lyon
Bertrand Traoré lors de Reims-Lyon | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Ligue 1 : Lyon, déjà inquiétant ?

Publié le , modifié le

Battu par Reims (1-0) vendredi en ouverture de la deuxième journée de Ligue 1, les Lyonnais ont buté sur la discipline rémoise. Débordés notamment sur le côté droit, les Gones ont encaissé un but logique de Chavarria sur un débordement de Konan. S'il n'y pas encore danger, cette première défaite intervient très tôt dans la saison. De quoi napper de brume un mois d'août qui pourrait voir l'effectif lyonnais largement bouger.

La douche froide en plein mois d'août. Les Lyonnais n'imaginaient sans doute pas tomber aussi rapidement dans cet exercice 2018-2019 avec deux matchs face à Amiens et le promu Reims pour commencer. Pourtant, le résultat est loin d'être illogique, tant les Rémois ont su se montrer incisifs et disciplinés, surtout en première période.  

"On a été piégés. Ils ont bien défendu, nous on n'a pas su trouver la faille dans cette défense. Malheureusement, sur une erreur d'inattention de notre part, ils arrivent à marquer. On a su se procurer des occasions, mais ils étaient bien en bloc.", déplorait Lucas Tousart, milieu de terrain de l'OL, au micro de Canal+

Avec un jeu stéréotypé en première période, les Gones se sont cesse heurtés au mur rémois, avant de se faire prendre dans leur dos, sur un montée de l'excellent Konan, qui a délivré une offrande à Pablo Chavarria sur le but. Léo Dubois et surtout Bertrand Traoré, en retard sur le centre, ont souffert sur le côté droit.

Fekir, retour attendu

Mariano Diaz, titulaire en l'absence de Nabil Fekir, n'a presque pas apporté dans le jeu et s'est frustré, comme sur cette tête où il gêne son capitaine Marcelo, monté sur corner. 

"Je suis déçu de la défaite, mais pas du comportement. On a tenté beaucoup de choses, on n'a pas lâché, mais il nous a manqué plus de spontanéité, plus de folie quand on avait le ballon. On n'a pas fait assez d'appels dans le dos de la défense. C'est dans notre animation offensive qu'on a péché, ce n'est pas une question de système", tentait de positiver Bruno Génésio à l'issue de la rencontre.

La solution naturelle est assise sur le banc. Mais Nabil Fekir, encore à court de forme pour jouer, peut-il tout changer pour les Lyonnais ? "On peut faire aussi sans lui quand il n'est pas là, il faut s'adapter. Malheureusement, il n'a pas encore repris avec nous, c'est comme ça.", poursuit Tousart.

Nabil Fekir à l'entraînement le 6 août dernier.
Nabil Fekir à l'entraînement le 6 août dernier. © ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Sans doute présent face à Strasbourg vendredi prochain, le champion du monde devra relancer la machine lyonnaise. Avec une victoire, logique sans être flamboyante, face à Amiens (2-0), et donc une défaite face à un promu (Lyon avait battu 13 fois les promus sur leurs 15 dernières confrontations), l'OL laisse déjà filer des points.

Un mercato loin d'être fini ?

En coulisses, l'imbroglio sur le transfert du défenseur portugais  Ruben Dias (21 ans), qui pourrait finalement ne pas venir en cas de qualification du Benfica pour la Ligue des Champions, a obligé Jean-Michel Aulas à recruter Jason Denayer (23 ans), prêté par Manchester City à Galatasaray la saison passée. Une recrue bienvenue, mais une petite amertume s'il est le seul défenseur central à rejoindre les Gones cet été, eux qui ont annoncé viser deux défenseurs depuis le départ de Mouctar Diakhaby à Valence.

Une seule solution reste à Lyon pour arriver à ses fins : payer la clause libératoire du Portugais, fixée à 45 M d'euros. Ce qui ne semble pas au goût du jour, malgré les fortes plus-values enregistrées, le départ acté de Myziane Maolida à Nice pour 10 M d'euros et celui possible de Maxwell Cornet, pour qui Wolfsburg proposerait 20M d'euros. 

A Bruno Génésio le dernier mot. "On essaie de monter en puissance, mais on doit faire beaucoup mieux, on ne doit pas faire des matches comme ça." Au moins les Lyonnais sont prévenus.

Théo Gicquel @@theoogicquel