Ligue 1 : L'UNFP dénonce "une discrimination" visant des internationaux hors UE non libérés par leurs clubs

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Glody Ngonda Dijon
Le défenseur congolais de Dijon Glody Ngonda ne pourra pas rejoindre sa sélection (Fred TANNEAU / AFP) |

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) a dénoncé jeudi "une discrimination" visant, selon elle, les joueurs internationaux que les clubs de L1 et L2 refusent de libérer afin d'évoluer avec leurs pays hors de l'Union européenne en raison d'une possible septaine sanitaire à leur retour en France.

Dans un communiqué rendu public en milieu de soirée, le syndicat des joueurs pro, alerté notamment par "sept joueurs lyonnais", "comprend leur détresse, partage leur colère (...) et soutient leur démarche après qu'ils se sont vus signifier l'interdiction de rejoindre leur sélection nationale". L'UNFP appelle l'Etat "à corriger le tir" en accordant les mêmes dérogations que celles dont vont bénéficier "les joueurs de l'équipe de France A et (des) représentants des pays de l'UE", qui eux sont exemptés d'une "septaine" à leur retour dans l'Hexagone.

Pour l'organisation syndicale, "ces décisions témoignent aujourd'hui d'une discrimination que l'État français ne peut continuer à porter et dont il doit, au contraire, se départir dans les plus brefs délais". L'UNFP invoque notamment l'"équité des compétitions". En raison de la pandémie de Covid-19, la Fifa a assoupli ses règles de convocation des joueurs pour la prochaine trêve internationale, autorisant les clubs à retenir leurs footballeurs si une quarantaine est obligatoire au retour.

Les clubs du Championnat de France ont annoncé mercredi qu'ils ne libèreraient pas leurs internationaux amenés à évoluer hors de l'Union européenne et de l'Espace économique européen, exception faite pour les Bleus en vue du déplacement au Kazakhstan.

à voir aussi Les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 ne libéreront pas leurs internationaux hors UE Les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 ne libéreront pas leurs internationaux hors UE
AFP