Le trio Adrian Mutu (au milieu) - Chahir Belghazouani (à gauche) - Eduardo (droite) a martyrisé la défense lorientaise
Le trio Adrian Mutu (au milieu) - Chahir Belghazouani (à gauche) - Eduardo (droite) a martyrisé la défense lorientaise | FRANK PERRY / AFP

Ligue 1: Lorient-Ajaccio, c'est fou!

Publié le , modifié le

Au terme d'un match magnifique, Lorient et Ajaccio se sont quittés sur un nul exceptionnel d'intensité 4 à 4 lors de la 10e journée de Ligue 1. Chahir Belghazouani, Adrian Mutu et Eduardo à deux reprises ont marqué les buts corses en premières période avant le réveil de Lorient grâce à des buts de Wesley Lautoa, Jérémie Aliadière, auteur d'un doublé, et Gilles Sunu à la dernière seconde. Avec ce 5e match sans victoire, Lorient est 9e, les Corses 11e.

"Notre première période a été plus  que catastrophique, cataclysmique", a dit l'entraineur lorientais Christian Gourcuff.

Le 6-1 traumatique essuyé à Valenciennes n'a pas été oublié par les Lorientais. Le cauchemar a continué avec quatre buts encaissés à domicile lors de la première période face à des Corses d'un réalisme à arrêter le football. "Ce n'est pas du tout rassurant. Notre première période a été plus  que catastrophique, cataclysmique. Après la déroute à Valenciennes (1-6 samedi  dernier), on a de nouveau fait preuve d'une passivité et d'un manque  d'agressivité frisant la panique", a analysé l'entraîneur de Lorient Christian Gourcuff. 

Mais les Lorientais n'ont pas lâché et ont arraché le match nul dans les dernières secondes. Un match qui laisse les deux équipes sur leur faim. Pas les passionnés de football. "Notre groupe est dans  la réaction, en deuxième période on a montré de la générosité et de  l'abnégation, mais cela n'occulte pas les défauts qu'on a montrés avant", a dit le coach breton.

Ajaccio réaliste

Le début de rencontre était parfait pour les Corses ou cauchemardesque pour les Bretons. Il a fallu 57 secondes à Chahir Belghazouani pour envoyer le ballon dans la lucarne de Fabien Audard d'une frappe lumineuse à l'entrée de la surface de réparation (1ère, 0-1). Dix minutes après, une combinaison Belghazouani-Eduardo a trouvé Adrian Mutu qui, d'une superbe demi-volée du droit, a trompé Audard (11e, 0-2).

En face, Lorient n'a pas désarmé. Les Bretons ont aussi joué un bon football offensif à défaut d'avoir une défense hermétique. Les occasions franches de Jérémie Aliadière, qui perdait son duel face à Ochoa (4e), et de Yann Jouffre, encore stoppée par Ochoa (19e) ont relancé l'équipe avant la réduction du score par Wesley Lautoa. Après un centre d'Aliadière, Alain Traoré a laissé le ballon à son latéral qui a réussi à battre Ochoa dans un angle fermé sur la gauche de la surface (33e).

Le scenario du match-catastrophe a été écrit par le réalisme corse. Lancé dans l'axe, Eduardo a calmement ajusté Audard (39e, 1-3). Peu après, le même Eduardo a trouvé la lucarne d'une frappe sèche de 20 mètres (45e, 1-4). Assommés, les Lorientais sont rentrés tête basse aux vestiaires sous une bronca méritée.

Ajaccio rate le KO, Lorient se réveille

"Après une première période de ce  calibre-là, il fallait garder notre rigueur et notre concentration. Et on prend  un but au bout de 15 secondes en deuxième période... On n'a plus existé, montré  des lacunes. J'ai assez d'expérience dans le football pour savoir que rien  n'est jamais joué", a analysé le coach corse Alex Dupont.

Après une première mi-temps riche en rebondissement, le match est reparti sur les mêmes bases. Après 25 secondes de jeu, Aliadière, servi dans la surface par Barthelmé tout juste entré en jeu,, a trompé Ochoa d'une frappe croisée en déséquilibre pour inscrire son quatrième but de la saison (45e, 2-4). "La leçon, c'est qu'on ne peut pas bâtir une  équipe solide sans de bonnes bases défensives. Après une première période de ce  calibre-là, il fallait garder notre rigueur et notre concentration. Et on prend  un but au bout de 15 secondes en deuxième période... On n'a plus existé, montré  des lacunes. J'ai assez d'expérience dans le football pour savoir que rien  n'est jamais joué", a analysé le coach corse Alex Dupont.

Les Ajacciens n'ont pas fermé le jeu pour aller cherche le KO. Trop facile, Mutu a raté son face à face avec Audard en ouvrant trop son pied et ratant le cadre (51e). Le centre fuyant Eduardo a trouvé le pied de Mutu qui a trouvé le poteau (62e). A force de rater le KO, les Ajacciens ont laissés les Corses dans le match. Aliadière a aussi trouvé le poteau (57e) puis raté le cadre (75e) alors que Traoré a cadré une belle frappe à l'entrée de la surface captée par Ochoa (58e). Persévérant après une nouvelle occasion de Giuly détournée par Ochoa, Aliadière a réduit la marque de la tête suite à une remise de Giuly sur un corner (78e, 3-4). Alors que Mutu a encore buté sur Audard (90e+1), Giuly décisif a trouvé la tête de Sunu  (90e+4, 4-4). "Après une belle  première période, (4-1 à la pause, ndlr), je n'avais pas prévu cette deuxième  période catastrophique", a maugréé le coach corse Alex Dupont.

Le "match amer" pour les Corses qui n'ont pas su gérer leur avance était "comme une victoire" pour le Lorientais Benjamin Corgnet. Et à tous les pisses-froids qui pensent que la Ligue 1 n'est pas spectaculaire, Ajaccio et Lorient leur ont prouvé le contraire.

Mathieu Baratas