Les joueurs de l'OM espèrent un miracle
Les joueurs de l'OM espèrent un miracle | Christophe SIMON / AFP

Ligue 1 : L'OM veut entretenir la flamme

Publié le , modifié le

Faut-il croire aux miracles en foot ? Si Liverpool et Tottenham ont prouvé cette semaine que rien n’était impossible, la volonté ne suffit pas. Marseille, qui n’a pas son destin en main, veut se donner une chance d’y croire en s’imposant dimanche contre Lyon.

L’Europe, cette flamme qui vacille depuis quelques semaines à Marseille. Dimanche, elle pourrait s’éteindre définitivement. "Entretenir la flamme, qui est très, très faible, ça passe par une victoire", lance Rudi Garcia. Le technicien phocéen sait que l’espoir européen ne tient qu’à un fil, même après la défaite de Saint-Etienne à domicile contre Montpellier vendredi (0-1). Avant le choc contre Lyon, l’OM compte toujours 7 pts de retard sur les Verts et 8 sur l’OL. Les Marseillais n’ont pas d’autre choix que de remporter tous leurs matches et attendre un faux-pas de leurs rivaux.

L'OM espère un miracle

"Même s'il y a très peu de chances, s'il faudrait un concours de circonstances, un miracle ou une concordance des planètes, tant que mathématiquement il est possible d'accrocher l'Europe, il faut s'en donner les moyens, donc gagner dimanche", positive Garcia. Un discours plus qu’une méthode tant la dynamique olympienne semble à l’arrêt. Et à défaut d’avoir imposé son modèle, l’OM cherche ailleurs une inspiration, dans ceux qui ont gardé la foi. "On a vu cette semaine, toutes proportions gardées, parce que ce sont de beaucoup plus grandes équipes que nous (Liverpool et Tottenham, ndlr), elles avaient très peu de chances de continuer l'aventure, mais des miracles, au pluriel, ça peut arriver", insiste-t-il.

Union sacrée au Vélodrome ?

On ne sait pas si Garcia a brûlé tout un stock de cierges cette semaine mais l’OM a basculé dans le mystique. Jacques-Henri Eyraud en appelle lui à « l’union sacrée du public derrière les joueurs. » A grand renfort de fumigènes pour éclairer le jeu provençal ? Des débordements ne seraient pas du goût du président de l’OM. "On est face à un adversaire qui regarde avec gourmandise la façon dont on pourrait se tirer une balle dans le pied. C'est un adversaire suffisamment fort pour ne pas lui donner ce qu'il attend", lâche Eyraud. L’an dernier, déjà pour la 3e place de Ligue 1, « l’Olympico » avait tourné à l’avantage des Gones (2-3) avant de finir en bagarre. De la tournure du match dépendra l’ambiance du Vélodrome. Avec 62.000 supporters attendus, il ne faut qu’une étincelle pour l’embrasement.

France tv sport francetvsport