Le coach du LOSC Christophe Galtier
Le coach du LOSC Christophe Galtier | DENIS CHARLET / AFP

Ligue 1 : Lille et Marseille, un dimanche sous pression

Publié le , modifié le

Vainqueur à Bordeaux vendredi, Lyon a conforté sa place sur le podium de la Ligue 1. Lille et Marseille, les deux prochains adversaires de l’OL en Ligue 1, sont sous pression avant d’affronter respectivement Nîmes et Nantes ce dimanche.

A l’heure de faire le bilan de la course au podium et à l’Europe dans quelques semaines, il faudra peut-être penser de nouveau à ce week-end de la 34e journée de Ligue 1. Vainqueur vendredi soir au terme d’un match renversant, l’Olympique Lyonnais a pu compter sur son buteur providentiel Moussa Dembélé pour faire la différence dans le money-time et aller chercher une victoire capitale dans le sprint final. Capitale car elle met Lille (2e) et l’Olympique de Marseille (5e) - qui jouent ce dimanche - sous pression, deux adversaires que l’OL s’apprête à retrouver lors des prochaines journées, pour deux rendez-vous qui pourraient bien rebattre les cartes dans la course au podium.

à voir aussi Lyon s'en sort de justesse face à Bordeaux Lyon s'en sort de justesse face à Bordeaux

Lille ne veut pas penser à Lyon

"J'ai banni toute remarque sur notre déplacement à Lyon." A une semaine du choc face à l’Olympique Lyonnais, Christophe Galtier l’a assuré : les têtes et les esprits sont tous à Lille, où le LOSC affronte Nîmes ce dimanche (15h). L'objectif est de tout faire pour gagner contre Nîmes. (…) C'est notre seul objectif aujourd'hui", a rappelé le coach des Dogues. Gagner, pour s’offrir un matelas confortable de six points avant de se déplacer au Parc OL. Une victoire face à Nîmes et le LOSC reprendrait six points d’avance sur son plus proche rival et pourrait ainsi s’offrir le luxe de s’incliner à Lyon tout en conservant sa place de dauphin et son destin entre les mains.

D’autant que le calendrier parait favorable au LOSC, qui, après son déplacement à Lyon, recevra deux fois à Pierre Mauroy (Bordeaux et Angers) avant de se déplacer à Rennes pour la dernière journée. Trois matches face à trois équipes qui n’auront plus rien à jouer, et une deuxième place qui pourrait tendre les bras à Nicolas Pépé et ses coéquipiers. Pour ça, il faudra prendre les trois points face aux Gardois, avant une "finale" alléchante face aux hommes de Bruno Genesio.

L'OM veut y croire

Une finale face à l'OL pour le podium, c’est ce que souhaite s’offrir aussi l’Olympique de Marseille. Avec deux victoires sur ses deux derniers matches, l’OM a retrouvé des ambitions et s’est donné le droit de participer à la chasse au Lyon, aux côtés de Saint-Etienne (4e) et Montpellier (6e). Mais avec deux points de retard sur les Verts et huit sur l’OL, la mission de Rudi Garcia et ses joueurs s’annonce rude, les condamnant pratiquement au sans faute jusqu’à la fin de la saison pour espérer décrocher la tant convoitée Ligue des Champions. "Il faut juste battre Nantes et on veut aller le plus haut possible. On a la Ligue des champions dans un coin de la tête", a confié le coach olympien vendredi en conférence de presse. 

Nantes, qui se déplace au Vélodrome ce dimanche, est le premier obstacle sur la route vers la Ligue des Champions. Un match qui va donner la configuration de la fin de saison olympienne. "Il n'y a que les trois points contre Nantes qui comptent, sinon ce sera très compliqué par la suite", a insisté Rudi Garcia. La suite justement, c’est un déplacement corsé à Strasbourg avant la réception attendue de Lyon au Vélodrome, que les Olympiens n'ont plus battu à domicile en Ligue 1 depuis cinq ans. En cas de défaite des Gones à Lille dimanche prochain et d’un 100% de victoires côté OM face à Nantes et à La Meinau, les Marseillais aborderaient cet "Olympico" avec deux points de retard sur la bande de Genesio et pourraient faire basculer la fin de leur saison du bon côté en cas de succès.

Saint-Etienne en trouble-fête

Mais une victoire face à Lyon et un sans-faute jusqu'à la fin de la saison ne sont pas pour autant une garantie de finir sur le podium pour Marseille. Un peu plus au nord, l'AS Saint-Etienne ne lâche pas le morceau avec quatre victoires sur ses cinq derniers matches et pourrait profiter des affrontements entre ses rivaux pour se glisser sans faire de bruit sur la troisième marche du podium. "Il faut garder cet état d'esprit, a prévenu Gasset en conférence de presse vendredi. Il faut du sang-froid. Il ne faut pas s'éparpiller et penser que c'est fait. Personne ne nous donnera rien. Il faut aller le chercher." Une victoire face à Toulouse cet après-midi et les Verts reviendraient à portée de fusil de leur meilleur ennemi lyonnais, avec seulement trois points de retard. Si la course pour le titre a perdu son intérêt depuis plusieurs mois, celle pour le podium et l'Europe s'annonce, elle, plus palpitante que jamais.