Ligue 1 : Les sénateurs votent contre l'amendement en faveur d'une reprise de la saison

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Ligue 1

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Mardi, les sénateurs ont voté contre l'amendement déposé hier en faveur d'une reprise de la saison 2019-2020 de football. Six élus de droite, essentiellement issus de la région lyonnaise, souhaitaient faire passer cet amendement qui voulait revenir sur la décision d'arrêter la saison en cours, jugée trop hâtive et prise sans concertation avec le monde du sport. Malgré la majorité acquise au parti Les Républicains au Sénat, cet amendement a été rejeté, alors que Roxana Maracineanu, ministre des Sports, s'y est opposée.

L'initiative de ce petit groupe de sénateurs n'aura donc pas convaincu leurs collègues du Palais du Luxembourg. L'amendement déposé hier par six sénateurs de droite, issus essentiellement de la région Auvergne-Rhône-Alpes, pour une reprise de la saison 2019-2020 de football, a été rejeté aujourd'hui par le Sénat lors d'une séance publique. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, s'est notamment prononcée contre cet amendement, en prenant la parole devant les sénateurs présents.

Déposé par François-Noël Buffet, Catherine Di Folco, Élisabeth Lamure, Michel Forissier, Michel Savin et Claude Kern, cet amendement visait à revenir sur la décision du gouvernement, confirmée par un communiqué de la Ligue de football professionnel (LFP) en date du 30 avril, d'annuler la fin de la saison en cours. Un verdict jugé trop hâtif par certains dirigeants du monde du football, notamment par Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, dont le club n'est pas qualifié pour la Coupe d'Europe la saison prochaine en raison du classement au quotient établi à la suite de l'annonce de la LFP.

à voir aussi Ligue 1 : Le championnat 2019-2020 remis en selle par un amendement du Sénat ? Ligue 1 : Le championnat 2019-2020 remis en selle par un amendement du Sénat ?

Un amendement pour la saison prochaine adopté

Cet amendement devait permettre, s'il passait, de donner la possibilité "aux fédérations et aux ligues qui le [souhaitaient] d'envisager une reprise des championnats pour finir la saison 2019-2020, après avis du comité scientifique COVID 19, et dans le cadre d'un accord avec l'État". Mardi, en début de journée, l'Association nationale des ligues de sport professionnel (ANLSP) a qualifié ce texte de "source de confusion qui déstabiliserait encore davantage les instances sportives." Finalement, les sénateurs ont voté contre cet amendement lors de la séance publique organisée ce mardi. En revanche, un autre amendement, présenté par les seuls Michel Savin et Claude Kern, qui concerne le début de la saison prochaine, a été adopté.

à voir aussi Ligue 1 - Amendement du Sénat pour reprendre la saison : "La France a pris une décision extrêmement rapide de stopper son championnat" Ligue 1 - Amendement du Sénat pour reprendre la saison : "La France a pris une décision extrêmement rapide de stopper son championnat"

Le gouvernement s'opposait également à ce deuxième texte mais les sénateurs l'ont approuvé lors d'un vote. Cet amendement prévoit "que le comité de scientifiques rende un avis au plus tard le 30 juin afin d'envisager sereinement le cadre dans lequel la reprise des compétitions sportives amateurs comme professionnelles pourra se faire, ainsi que d'envisager dans quelles conditions le public pourra être accueilli", pour la saison 2020-2021. Le texte a donc été adopté en première lecture et doit maintenant être étudié par l'Assemblée nationale, où La République en Marche, le parti présidentiel, est majoritaire. Pour que le texte y soit adopté, alors que les députés LREM devraient, selon toute vraisemblance, s'aligner sur la position de Roxana Maracineanu, le lobbying des acteurs en faveur d'une reprise devra se montrer réellement persuasif.

à voir aussi Amendement du Sénat pour reprendre la saison: les Ligues professionnelles dénoncent "la confusion" Amendement du Sénat pour reprendre la saison: les Ligues professionnelles dénoncent "la confusion"