Ligue 1 : Les premiers enseignements de la saison en statistiques

Ligue 1 : Les premiers enseignements de la saison en statistiques

Publié le , modifié le

Neuf journées de Ligue 1 ont déjà été disputées. Les acteurs en sont déjà au quart de la saison. C'est l'occasion de faire un point sur les forces en présence et les dynamiques des différentes équipes du championnat de France. Si certaines comme Nantes, ont surpris positivement, ce n'est pas le cas de l'OGC Nice, du Stade Rennais ou encore du LOSC.

Etat des lieux et dynamiques

Paris s'envole indubitablement. Les hommes d'Unai Emery ont six points de plus qu'au même stade de la compétition la saison dernière. Ils accusaient alors un retard de 4 points sur Nice et étaient ex-aequo avec Monaco, qui avait inscrit 19 points, comme cette année. Plus qu'un infléchissement de la concurrence, c'est surtout un gros début de saison réalisé par le Paris Saint-Germain, seule équipe encore invaincue en Ligue 1. 

Derrière, Saint-Etienne et Marseille avancent à un bon rythme mais c'est surtout la dynamique nantaise qui interpelle. Après avoir débuté l'exercice avec deux revers (face à Lille et Marseille), les Canaris n'ont plus connu la défaite en sept rencontres. Les hommes de Claudio Ranieri pointent aujourd'hui à une belle 5ème place, avec la meilleure défense du championnat (6 buts encaissés), à égalité avec Paris, mais aussi Caen et Montpellier. 

Cinq point séparent le 8ème, Caen, du 14ème, Nice. Signe de l'agrégation d'un groupe au milieu du tableau. Juste derrière Nice, le 15ème, Rennes, est à 4 longueurs. Les Bretons totalisent 6 points comme Lille, Amiens, Dijon et Strasbourg. Ils forment à eux cinq un groupe qui veut fuir la zone de relégation et la lanterne rouge Metz comme la peste.

Bons points et bonnets d'âne

Les bonnes surprises: Troyes, Nantes et Caen.

Lors de sa dernière saison dans l'élite (2015-2016), l'ESTAC n'avait pas réussi à franchir la barre des 20 points. Le grand public se souvient surtout de sa lourde défaite face au PSG 9-0 en mars 2016. Au terme de ces neuf premières journées, les hommes de Jean-Louis Garcia font trois fois mieux qu'au même stade de la compétition il y a deux ans (12 points aujourd'hui, 4 en 2015-2016) sous les ordres de Jean-Marc Furlan, et occupent une jolie 12ème place.

Déjà évoqués, les Nantais ont su oublier le départ de Sergio Conceicao pour truster les premiers rôles. Réalistes face au but, leur solidité défensive est aussi largement observée, et c'est aussi le cas du Stade Malherbe de Caen qui est l'équipe qui concède le moins de tirs par match (8.9). A titre de comparaison, les Nantais en subissent 13.1 par rencontre (10ème total). Les joueurs de Patrice Garande sont 8èmes, à deux points de la troisième place.

Les mauvaises surprises: Rennes, Lille et Nice.

Le Stade Rennais trône actuellement sur une piètre 15ème place, à égalité de points avec le dix-neuvième, Strasbourg. Une seule victoire obtenue (face à Marseille 3-1), il y a un mois et surtout une tendance à ne pas conserver l'avantage au score. Par trois fois, les hommes de Christian Gourcuff ont mené sans s'imposer à la fin (Toulouse 2-3, Saint-Etienne 2-2, Dijon 2-2).

L'investissement colossal de Gérard Lopez devait propulser Lille parmi les meilleures équipes du championnat de France, le club est actuellement dans le flou total. L'arrivée de Marcelo Bielsa était un autre motif d'espoir. Après une première rencontre splendide (3-0 contre Nantes), aucun succès en sept matches. Les choix tactiques de l'entraîneur argentin sont discutés. Aligné en pointe, Nicolas Pépé n'a toujours pas marqué et est le joueur le plus signalé en position de hors-jeu par match (2). 

Côté niçois, on croyait encore à une qualification en Ligue des Champions avant le début de la saison. Aujourd'hui quatorzièmes, les Aiglons peinent à s'extirper du ventre mou. Toujours la même envie de soigner les transmissions de balle mais un manque de tranchant et une défense plus perméable que l'an passé. Le coach Lucien Favre doit se mettre en quête d'un nouveau souffle. 

Andréa La Perna @A_LaPerna