Emery grave
En danger, Unai Emery n'a pas le droit à l'erreur face à Lorient pour cette dernière journée de Ligue 1. | FRED TANNEAU / AFP

Ligue 1 : les enjeux de la dernière journée de l'année

Publié le , modifié le

La trêve hivernale arrive en Ligue 1, après une ultime journée en multiplex. L'occasion pour certaines équipes de se reposer, de se renforcer au mercato ou simplement de mettre un terme à une spirale négative. Les derniers matchs de l'année peuvent donner le ton ou bien changer radicalement la façon d'aborder cette période de repos pour les entraîneurs. Tour d'horizon de quelques enjeux de cette 19e journée de Ligue 1.

Paris doit éviter la crise

Le mois de décembre aura été un vrai passage à vide pour les joueurs d’Unai Emery. Deux défaites à Montpellier et Guingamp, deux matchs nuls contre Nice et Ludogorets. Un bilan bien maigre pour un club qui vise les sommets européens. La crise couve et la trêve hivernale est sans doute très attendue du côté du PSG. D’abord pour le repos qui devrait permettre aux blessés (Rabiot, Pastore) et aux joueurs fatigués de revenir dans de bonnes dispositions. Ensuite pour le mercato, qui pourrait voir partir des éléments peu convaincants, et arriver le milieu offensif allemand Julian Draxler.

Avant cela, il y a un match à jouer, et surtout à gagner. Face à Lorient, lanterne rouge du classement, et à domicile, Paris n’a pas le droit de passer à côté de son match. La victoire est impérative pour maintenir un écart raisonnable (7 points) avec le leader niçois. Une contre performance pourrait également entraîner des décisions radicales, comme une éviction dès l’hiver d’Unai Emery.

Marseille vise le top 5

L’OM version McCourt commence enfin à séduire. En forme ces dernières semaines, les Marseillais ont l’occasion de confirmer leur bonne forme récente et de terminer la phase aller dans le top 5. Un bon résultat, compte tenu des débuts difficiles de l’équipe (le club était 14e après 8 journées) et des objectifs du président Jacques Henri Eyraud : la qualification pour une coupe d’Europe dès cette année.

Porté par un Thauvin en grande forme et par la révélation Maxime Lopez, les joueurs de Rudi Garcia peuvent, en cas de victoire à Bastia et de mauvais résultat de Guingamp, s’installer dans le top 5 et passer l’hiver au chaud.

 

 

L’effet Conçeiçao à Nantes ?

Un match reporté pour cause de brouillard, une victoire en coupe de la ligue et une en ligue 1 contre Angers, la première depuis le mois d’octobre. Depuis l’arrivée sur le banc du bouillant Sergio Conçeiçao, Nantes va un peu mieux. Surtout, le 19e de Ligue 1, pire attaque du championnat, se remet à marquer : 3 buts contre Montpellier en coupe de la ligue, 2 contre Angers en championnat. Suffisant pour s’éloigner de la zone rouge avant la trêve ? Face à un Montpellier privé de Boudebouz, les Canaris auront un coup à jouer.

Sur le banc, l’entraîneur Portugais a déjà imposé son style tout en énergie, réminiscence de son passé de joueur caractériel. En coulisses aussi, il a déjà changé les choses, notamment le rythme de travail : arrivés tôt et partis tard, les joueurs passent beaucoup de temps au centre d’entraînement. Une exigence de rigueur qui semble pour l’instant payer.

Dijon et Angers en danger

Dijon, 18e et Angers, 15e, partagent une même dynamique et elle n’est pas fameuse. Les promus bourguignons n’ont pas gagné depuis 8 matchs en championnat, tandis que les Angevins courrent après la victoire depuis 6 journées. La cause du problème est en revanche différente : chez les joueurs d’Olivier Dall’Oglio, c’est la défense qui pêche avec 1,5 but encaissé par match en moyenne. Du côté d’Angers, c’est l’attaque qui est en panne, avec 15 buts marqués seulement en 18 journées.

Les deux équipes espèrent donc briser cette spirale négative pour aborder la trêve hivernale avec un nouvel état d’esprit. La tâche semble plus abordable pour Dijon, opposé à Toulouse, que pour les Angevins qui se déplacent au Parc OL.

Youmni Kezzouf @YoumniK