Ligue 1 : Lens monte sur le podium après sa victoire contre des Verts réduits à 9

Publié le , modifié le

Auteur·e : Quentin Ramelet
Joie des joueurs de Lens contre Saint-Etienne

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ils sont irrésistibles ! Les Lensois s'invitent provisoirement sur le podium de la Ligue 1 après leur succès logique contre l'AS Saint-Etienne (2-0) ce samedi lors de la 6e journée du championnat de France. Lens a parfaitement su gérer les défaillances des Verts qui ont complètement craqué en finissant la partie à neuf.

C’est une affiche mythique du championnat de France de football. Un vrai classique. Et il en était d'autant plus frustrant de voir les tribunes du Stade Bollaert quasiment vides tant ces retrouvailles entre le Racing Club de Lens et l’AS Saint-Etienne auraient pu être exceptionnelles. Heureusement, on pouvait se consoler sur les enjeux purement sportifs puisque les Stéphanois, cinquièmes, et surtout les Lensois, septièmes avec autant de points, réalisent un très bon début de saison. Et à ce jeu-là, les Nordistes se sont montrés les plus incisifs, dès les premiers instants de la rencontre, quand les Verts se sont littéralement sabordés…

Une erreur Kolossale

Alors que Timothée Kolodziejczak avait failli tromper son propre gardien, Jessy Moulin (2e), le défenseur expérimenté de Saint-Etienne s’est ensuite rendu coupable d’une faute aussi incompréhensible que grossière sur le meilleur buteur de Ligue 1, Ignatius Ganago. Un tacle dangereux très lourd de conséquences puisque l’avant-centre des Sang-et-Or a dû sortir sur civière, après que Mr Dechepy ait expulsé, fort logiquement, Kolodziejczak, et accordé un pénalty à Lens transformé sans problème par Gaël Kakuta, auteur de son 4e but de la saison (1-0, 15e). Cette entame catastrophique des Stéphanois a donc littéralement plombé les plans d’un Claude Puel qui avait décidé de titulariser le jeune Maxence Rivera (18 ans). Un choix rapidement revu puisqu’il a dû faire entrer un défenseur central à la place de son attaquant, à savoir Saidou Sow (18 ans), qui a signé professionnel cette semaine, et qui n’avait encore jamais foulé les pelouses de la Ligue 1.

De ce fait, Lens en a profité pour asseoir sa domination, en étouffant, par un pressing très haut et des décalages judicieux venus des ailes, une équipe de Saint-Etienne complètement sonnée par l’ouverture du score et l’expulsion de son arrière central. Facundo Medina, belle révélation de ce joli début de saison lensois, pensait d’ailleurs inscrire le deuxième but des siens mais la VAR révélait un hors-jeu, très léger, du défenseur argentin (20e). Jusqu’à la pause, le RCL a naturellement baissé le pied, tout en dominant les débats mais sans pour autant se montrer efficace. 

Claude Puel lâché par ses cadres

Décidément, ce faux rythme aperçu en fin de premier acte ne s’est pas atténué malgré cette superbe tête de Sotoca, repoussée admirablement par Moulin 30 secondes après leur retour sur la pelouse (46e). Pendant un bon moment, aucune des deux équipes n’arrivait à relancer une partie complètement bâchée par le fait du match qui avait finalement condensé, en l’espace de quatre minutes, l’essentiel de cette rencontre devenue plus soporifique que jamais. Mais c’était sans compter sur un nouveau dégoupillage stéphanois ! Rentré à la mi-temps à la place d’Adil Aouchiche, Wahbi Khazri, qui faisait sa première apparition de la saison après avoir été écarté du groupe par son coach, était à son tour expulsé par Mr Dechepy, plutôt sévère sur ce coup, suite un nouveau tacle mal maîtrisé sur Jonathan Gradit.

Après ce nouveau coup de théâtre, les jeux étaient bel et bien faits, les Lensois gérant tranquillement leur avance avant de saler l’addition avec la jolie tête de Florian Sotoca (2-0, 81e) justement récompensé de tous ses efforts. La grise mine de Claude Puel en disait long par ailleurs : alors qu’il a lancé un nouveau projet dans le Forez, basé principalement sur l’intégration des jeunes (7 titulaires de 23 ans ou moins contre Lens, ndlr), et seulement encadré par deux ou trois "anciens", ce sont bien ses joueurs les plus expérimentés qui l’ont complètement abandonné ce samedi à Bollaert. Nul doute que le manager général des Verts, pas forcément rancunier mais toujours très inspiré quand il s’agit de prendre des décisions fortes, saura recadrer Timothée Kolodziejczak et Wahbi Khazi, 29 ans tous les deux. De son côté, Lens a signé son cinquième match sans défaite avec cette quatrième victoire qui lui permet de monter provisoirement sur le podium après six journées. C’est donc une certitude, il faudra bien compter sur le promu lensois cette saison.