Ligue 1: l'éclair nantais dans une soirée confuse

Ligue 1: l'éclair nantais dans une soirée confuse

Publié le , modifié le

Nantes s’installe provisoirement sur la 3e marche du podium de L1, à la faveur de sa victoire (1-0) au forceps devant Metz, leur 4e consécutive, samedi lors d’une 8e journée de L1 surtout marquée par le grave incident qui s’est produit à Amiens où une barrière a cédé dans la tribune des visiteurs lillois. Le match a été stoppé alors que le LOSC menait 1-0. Belle opération également pour Caen victorieux à Rennes.

Les Canaris peuvent chanter

Sans faire de bruit, l’équipe nantaise version Ranieri commence à prendre forme. Certes, elle connaît toujours beaucoup de difficultés pour marquer, même si ce n’est pourtant pas faute de se créer des occasions. Mais elle parvient malgré tout à tirer son épingle du jeu. Face à Metz, elle est entrée tout de suite dans le vif du sujet. Sur sa première grosse action, un centre une frappe de El-Ghaassy repoussée par le gardien lorrain, Emiliano Sala rôdant par-là reprenait victorieusement le ballon.

Arcboutés sur ce petit avantage, les Nantais ont plutôt bien géré, face à des Messins trop brouillons, et réduits à dix à la 50e minute après le deuxième carton jaune pour Assou-Ekoto. Bien sûr, ils ont affiché quelques lacunes offensives et du déchet dans leur jeu ; et ils ont eu la baraka dans les toutes dernières minutes lorsque Nolan Roux a frappé son pénalty au-dessus de la cage de Tatarussanu…lors de sa 2e tentative : il venait de le réussir le premier lorsque l’arbitre l’a fait retirer, puisqu’un joueur messin était entré trop tôt dans la surface de réparation. Les Messins ont été malheureux jusqu’au bout, et les Canaris peuvent chanter leur satisfaction sur ce match. Ils peuvent en tout cas se satisfaire de ce résultat qui leur permet donc de prendre la 3e place du classement, du moins en attendant les déplacements dimanche de Saint-Etienne à Troyes et de Marseille à Nice.

Pagaille à Rennes

De la pauvreté technique, il y en eut aussi à Rennes, où des Bretons poussifs se sont heurtés à des Normands guère plus inspirés. Les Caennais l’ont logiquement emporté, essentiellement parce qu’ils se sont montrés plus entreprenants en première période. Leurs poussées répétées leur ont permis d’ouvrir le score à la 35e minute, après une frappe de Santini cafouillée dans la défense rennaise, et détournée dans ses propres filets par Bensebaini. Les Rennais n’ont évolué que par réaction, surtout par Kazhri….un petit peu trop esseulé à la pointe de l’attaque rennaise.

C’est d’ailleurs l’une de ses actions qui a donné lieu à quelques minutes de flottement et de litige, après une panne de la Goal Line Technology, le dispositif chargé de dire si un ballon a franchi la ligne. À l'heure de jeu, Wahbi Khazri a tiré directement un corner qui a été repoussé des poings par Rémy Vercoutre sur sa ligne. Le jeu s'est poursuivi quelques instants, jusqu'à ce que l'arbitre, Amaury Delerue l'interrompe en désignant le bracelet à son poignet censé lui indiquer un but ayant pu lui échapper, et s'est dirigé vers le milieu du terrain. Joueurs et spectateurs ont cru à l'égalisation, le tableau d’affichage passant même à 1-1. Malheureusement, après quelques palabres avec les délégués qui surveillent le match sur écran, il a été décidé que le ballon avait été dégagé devant la ligne, ce que les ralentis montrent assez nettement.

A l’Est, rien de nouveau

En fin de tableau, la situation reste aussi confuse, même si elle a un peu évolué. Car si le FC.Metz a ramené une nouvelle défaite de Nantes, et reste confiné à sa place de lanterne rouge, il possède désormais deux points de rtard sur son voisin de l’Est, Strasbourg, qui a obtenu le nul à Dijon(1-1). Regroupement entre la 12e  et la 17e place, avec toujours une menace sur Lille et Amiens, dont la rencontre sera sans doute reportée, mais aussi sur Rennes et sur Toulouse qui se sont partagés les points (1-1). Cueilli à froid par Marcus Thuram dès la 2e minute sur la première incursion guingampaise, le TFC a bataillé pour revenir avant la pause par Somalia. Score nul logique entre deux équipes qui n'ont pas montré grand chose en deuxième mi-temps.

Christian Grégoire