Ligue 1 : le train à grande vitesse de la course au titre passe en mode ralenti

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Verratti et Kimpembe après le but du FC Nantes
Marco Verratti et Presnel Kimpembe après l'un des buts du FC Nantes dimanche 14 mars. | FRANCK FIFE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Aucune des quatre équipes de tête de la Ligue 1 ne s'est imposée ce week-end. Une rareté, tant la cadence des prétendants au titre était infernale ces dernières semaines. À l'issue de cette 29e journée, Lille et Monaco apparaissent comme les vainqueurs de cette lutte au titre passée un instant au ralenti.

• Lille conserve son fauteuil de leader

En concédant le match nul sur la pelouse de Monaco (0-0) dimanche 14 mars après-midi, Lille voyait le Paris Saint-Germain plus nettement que jamais dans son rétroviseur. En tête de la Ligue 1 depuis six journées, le LOSC risquait de perdre son statut de leader au profit du PSG. "On ne sera pas traumatisé si Paris gagne contre Nantes ce soir", indiquait pourtant Thierry Oleksiak, l'entraîneur-adjoint de Lille présent sur le banc à la place de Christophe Galtier (suspendu), en conférence de presse d'après-match.

à voir aussi Ligue 1 : match nul et vierge entre Monaco et Lille dans le choc de la 29e journée Ligue 1 : match nul et vierge entre Monaco et Lille dans le choc de la 29e journée

Finalement, Lille s'en sort bien avec la défaite du PSG à domicile face à Nantes (1-2) et conserve toutes ses chances d'aller au bout de ses rêves de titre. En ne perdant pas sur le Rocher, le LOSC conserve même une avance de sept points sur Monaco. Suffisant pour accrocher au moins la qualification en Ligue des champions en fin de saison ? "Mathématiquement, ce nul est intéressant", concédait ainsi Thierry Oleksiak après le match. Le LOSC apparaît donc comme le grand vainqueur de cette 29e journée durant laquelle la course au titre a soudainement calé. Mais si les Dogues espèrent réellement remporter le titre fin mai, il faudra réussir à s'imposer à Paris (le 3 avril, 31e journée) ou à Lyon (le 25 avril, 34e journée).

• Le PSG craque à la manière d'un outsider

De cette 29e journée, l'on retiendra également l'impression que le Paris Saint-Germain était l'outsider, prêt à détrôner de sa place de leader l'ogre lillois. En réalité, le PSG a remporté sept des huit dernières éditions de Ligue 1, et le voir trébucher de la sorte face à Nantes détonne. Face aux Canaris, les Parisiens se compliquent la tâche dans une saison de Ligue 1 totalement inédite, au suspense rarement vu ces dernières années.

à voir aussi Ligue 1 : le FC Nantes crée l'exploit au Parc des Princes en renversant le Paris Saint-Germain Ligue 1 : le FC Nantes crée l'exploit au Parc des Princes en renversant le Paris Saint-Germain

Face à Nantes, il aura manqué de tout pour le PSG, qui a vu revenir Lyon à hauteur. Les Parisiens ne conservent leur deuxième place que grâce à une différence de buts supérieure. Un goal-average dont il ne faudra pas sous-estimer l'importance en cette fin de saison, car il pourrait se montrer déterminant dans la dernière ligne droite. Avec +44, le PSG devance largement les +32 de Lille, +31 de l'OL et +18 de Monaco. Une bien maigre consolation pour le PSG à l'aune de cette 29e journée, qui aurait pu être celle où le Paris de Mauricio Pochettino reprenait la place de leader.

• Lyon, des lacunes punies

À la sortie de son match contre Reims (1-1) vendredi 12 mars, en ouverture de cette 29e journée, l'Olympique Lyonnais pensait avoir réalisé la plus mauvaise affaire du week-end avant même que les autres équipes du Top 4 ne jouent. Malgré tout, le point acquis en toute fin de match grâce à Tino Kadewere permet encore aux Gones d'espérer en raison des résultats de Lille, Paris et Monaco. Rudi Garcia a tout de même pointé du doigt l'irrégularité de ses joueurs après la rencontre, en conférence de presse : "Encore une fois, en Ligue 1, on doit être plus constants et plus réguliers".

à voir aussi Ligue 1 - Kadewere arrache le nul pour Lyon dans les derniers instants face à Reims Ligue 1 - Kadewere arrache le nul pour Lyon dans les derniers instants face à Reims

Depuis le début de l'année 2021, l'OL avance mais ne convainc plus autant dans le jeu. De quoi remettre sérieusement en question son statut de potentiel champion de France à la fin de la saison. Les Lyonnais ont de plus en plus de mal à suivre le rythme des concurrents qui a, fort heureusement pour eux, bien ralenti ce week-end. "Il reste encore neuf matches, donc 27 points possibles. Tout est encore ouvert et possible", indiquait Garcia alors que les autres équipes de tête n'avaient pas joué. L'entraîneur lyonnais a vu juste, lui qui occupe avec l'OL la troisième place du classement, à trois points seulement de Lille. Et à égalité de points avec le PSG, qui se rendra au Groupama Stadium dimanche prochain, pour le choc de la 30e journée.

• Monaco reste dans la course

Après sa défaite à Strasbourg la semaine dernière (0-1) – la première depuis le mois de décembre –, l'AS Monaco semblait malheureusement bien mal embarquée pour rattraper le trio de tête. À l'issue de cette 29e journée, les joueurs de Niko Kovac peuvent encore y croire. Des quatre équipes de tête, l'ASM est peut-être celle, avec le PSG, qui possède le calendrier le plus clément d'ici à la 38e journée. Proches de s'imposer face à Lille dimanche (0-0), sur une frappe de Stevan Jovetic parfaitement sortie par Mike Maignan dans les dernières secondes, les Monégasques ont une nouvelle fois prouvé être capables de rivaliser avec les meilleures équipes du championnat.

Après une magnifique série entre mi-décembre et fin février, ponctuée par une victoire au Parc des Princes face à Paris, Monaco s'est retrouvé aux portes de la qualification en Ligue des champions. "Maintenant, on sait qu'on peut être compétitifs avec les meilleures équipes de Ligue 1", a analysé Niko Kovac en conférence de presse d'après-match. Mais l'entraîneur croate de l'ASM ne veut pas s'enflammer et regarde davantage derrière que devant : "On regardera le podium plus tard. Marseille [6e derrière Lens, 5e] est en train de pousser derrière nous. Il faut assurer la 4e place." Une manière de détourner l'attention médiatique alors que Monaco est toujours dans la course ? Peut-être. En tout cas, le sprint final lors des neuf dernières journées s'annonce passionnant.

-