Ligue 1 : Le syndicat des clubs répond à Aulas et dément un recours contre l'Etat

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Bernard Caïazzo

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Dans un communiqué du syndicat Première Ligue écrit ce jeudi, Bernard Caïazzo "s'étonne" des propos tenus par Jean-Michel Aulas. Il dément toute tentative de recours contre l'Etat pour compenser le préjudice financier lié à l'arrêt du championnat.

"En tant que président de Première Ligue, je m'étonne des propos tenus ces dernières heures par Jean-Michel Aulas, selon lesquels notre organisation se préparerait à exercer un recours contre l'Etat, suite à l'arrêt des compétitions décidé par le Premier ministre, Edouard Philippe, le mardi 28 avril". Bernard Caïazzo, président du syndicat Première Ligue, a démenti ce jeudi les affirmations prononcées par le président de l'Olympique lyonnais dans une interview accordée à RMC la veille. Aulas avait désigné Caïazzo comme étant le chef de file d'un recours à venir contre l'Etat, visant à "réclamer les 800 millions d'euros de déficit probable" qui devraient accabler le foot français à cause de l'arrêt anticipé de la saison 2019/20.

Aulas vs les autres, round 125

"Il n'entre nullement dans nos intentions d'entrer dans ce type de procédure", insiste le communiqué du syndicat Première Ligue. Lundi, au cours d'une visioconférence de presse, Bernard Caïazzo refusait de critiquer la décision du gouvernement d'arrêter la saison de football, tout en lui renvoyant la responsabilité d'une situation jugée "frustrante". A l'heure actuelle, la Ligue 1 est le seul grand championnat européen ayant décidé de mettre un terme à sa saison. La peur d'un retard encore plus conséquent vis-à-vis des pays voisins a rapidement mis à mal toute perspective de consensus et certains présidents comme Gérard Lopez (Lille), muet jusqu'à présent, n'ont pas hésité à parler d'un choix "catastrophique".

La réaction de Bernard Caïazzo de ce jeudi entend activer l'extincteur. Il assure que seule la démarche d'élaboration "d'un plan de relance du football professionnel" occupait l'esprit des clubs de Ligue 1. La contraction de prêts garantis par l'Etat et le prélèvement anticipé des droits tv font partie de ce plan de relance, visant à amortir l'impact à court terme de l'interruption de la saison provoquée par la pandémie de Covid-19.

à voir aussi Aulas évoque un recours des clubs de Ligue 1 pour réclamer 800 millions à l'Etat Aulas évoque un recours des clubs de Ligue 1 pour réclamer 800 millions à l'Etat