Ligue 1 : Le Stade de Reims enfonce un peu plus l'Olympique de Marseille dans la crise

Publié le , modifié le

Auteur·e : Quentin Ramelet
Tristan Dingome, buteur avec le Stade de Reims face à l'OM.
Tristan Dingome, buteur avec le Stade de Reims face à l'OM. | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Stade de Reims, d'abord dominateur, puis vaillant par la suite, s'est imposé face à l'Olympique de Marseille (2-1) pour le compte de la 23e journée de Ligue 1. L'OM, qui n'a presque rien montré pendant 80 minutes, s'est révolté en fin de partie mais les Rémois ont résisté pour enchaîner un 7e match sans défaite en championnat. De son côté, Marseille (10e) sombre un peu plus au classement, dépassé par son adversaire (7e) qui fait la bonne opération.

Le néant. Ou presque. À l'exception du but en toute fin de partie, l'Olympique de Marseille a encore sombré ce soir, battu fort logiquement par le Stade de Reims (2-1) à l'occasion de la 23e journée de Ligue 1. Amorphes pendant près de 80 minutes, et sans la moindre inspiration à l'image de sa recrue star Mario Balotelli, fantomatique, les Marseillais n'arrivent plus à se sortir d'un cauchemar qui dure depuis début novembre (ndlr : 9 défaites, 3 nuls et 3 victoires). Et face aux Rémois, invaincus en Ligue 1 depuis sept matches désormais, il fallait en faire plus, beaucoup plus pour espérer ramener un résultat positif du Stade Auguste-Delaune.

Marseille s'est puni lui-même

Comme souvent, ces dernières semaines, l'OM s'est saboté à défaut d'être inspiré. En première période, Reims s'est contenté de bien défendre. Et au moment où il a fallu faire la différence, les Rémois ont su profiter des errements défensifs marseillais. Tranquillement et face à aucune véritable opposition, Cafaro s'est joué de deux adversaires avant de rentrer dans la surface. Son centre en retrait a trouvé le Dingomé qui, après s'être retourné, est parvenu à trouver la lucarne droite de Steve Mandanda (1-0, 21e). Malgré cette ouverture du score, les Phocéens n'ont pas donné le moindre signe de réaction, laissant les locaux contrôler la partie à leur convenance.

Après la pause, le rythme n'a pas vraiment changé. Alors que Mario Balotelli traversait son désert paisiblement, les hommes de David Guion ont maintenu leur bloc défensif face à une formation olympienne en panne d'idées, se remettant alors à leur attaquant italien auteur d'un joli coup franc divinement sorti par Edouard Mendy (63e). Seulement trois minutes plus tard, le sort s'est abattu sur Rudi Garcia et sa formation. 17 secondes après son entrée sur la pelouse, Hyunjun Suk est lancé en profondeur par Cafaro sous les yeux médusés de Rolando, complètement hors du coup. Le Sud-Coréen ne tremble pas pour tromper Steve Mandanda (2-0, 66e) et voilà l'OM dans une situation plus critique jamais.

Mendy éteint la révolte tardive de l'OM

La révolte marseillaise arrive enfin. Mais qu'elle fut longue à voir venir... Delaune a d'ailleurs parfaitement compris que les vingt dernières minutes allaient être difficiles mais il n'avait pas forcément deviné qu'un homme, en particulier, allait maintenir le navire à flot. Auteur d'une superbe saison jusqu'ici, Edouard Mendy, le portier du SDR, s'est transformé en véritable héros. À plusieurs reprises, à coup de parades décisives et de sorties rassurantes, l'international sénégalais a permis à son équipe de rester devant.

Même après la réduction du score par Clinton N'Jié (87e, 2-1), Mendy n'a jamais craqué. Finalement, la réaction de l'OM est intervenue aux alentours de la 80e minute. Une aubaine pour Reims, et un terrible constat d'impuissance pour Rudi Garcia et ses joueurs incapables de mettre la détermination nécessaire. Un comportement qui est évidemment sanctionné : l'Olympique de Marseille a concédé ce samedi soir sa 7e défaite en 10 matches toutes compétitions confondues. Désormais dixième de Ligue 1, le club le plus titré de l'histoire en France est plongé dans une crise profonde.