Ligue 1 : Le PSG a temporisé avant de dérouler face au Stade Rennais

Publié le , modifié le

Auteur·e : Quentin Ramelet
Cavani et Di Maria heureux avec le PSG
La joie des Parisiens, Edinson Cavani et Angel Di Maria, tous les deux buteurs. | FRANCK FIFE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Paris Saint-Germain n'a pas brillé longtemps, mais au final, le tarif est le même. Ce dimanche soir, à l'occasion du match de clôture de la 22e journée de Ligue 1, le PSG s'est largement imposé au Parc des Princes devant le Stade Rennais (4-1). Toujours invaincu en championnat, Paris a fait la différence en l'espace de dix minutes.

Le match : Rennes a espéré, Paris a réagi

Longtemps mis à mal par de courageux Bretons, les Parisiens ont su patienter pour trouver la faille. En première période, les hommes de Thomas Tuchel ont balbutié leur football. Incapables de se créer la moindre occasion, les Parisiens ont heureusement pu compter sur Edinson Cavani, après un caviar d'Angel Di Maria, qui avait rapidement ouvert le score (1-0, 7e). Car la suite pouvait présager une soirée difficile pour le champion de France en titre. L'égalisation du Stade Rennais, désireux de jouer vers l'avant sans subir, après 25 minutes de jeu, est était la preuve. Sur un super centre venu de la droite, Mbaye Niang réalisait une jolie "madjer" pour tromper Gianluigi Buffon (25e, 1-1).

Niang, justement, s'est ensuite distingué d'une toute autre manière (voir ci-dessous) jetant un froid dans une partie déjà peu emballante jusqu'à la pause. Au retour des vestiaires, rien ne semblait avoir changé. La formation parisienne, bien que dominante, ne parvenait pas à faire céder la muraille bretonne. Ce ne fut qu'une question de temps et de patience. L'heure de jeu passée, le PSG mettait le Stade Rennais à ses pieds en l'espace de onze minutes, inscrivant trois buts.

Angel Di Maria, d'abord, profitait de l'ouverture millimétrée de Thiago Silva et de l'alignement douteux de la défense adverse, pour battre, d'un subtil ballon piqué, Tomas Koubek (2-1, 60e). Six minutes plus tard, le meilleur buteur du championnat, Kylian Mbappé, brillait à son tour. Auteur de sa 18e réalisation cette saison, il venait sceller le sort pour les hommes de Julien Stéphan à nouveaux fautifs après le ballon perdu par Clément Grenier (3-1, 66e). Enfin, le prodige tricolore offrait sur un plateau le doublé à Edinson Cavani (4-1, 71e), bouclant ainsi le 18e succès de Paris en Ligue 1, plus que jamais leader avec 13 points d'avance sur Lille. 

à voir aussi Ligue 1 : trait de fracture pour Neymar, l'inquiétude grandit Ligue 1 : trait de fracture pour Neymar, l'inquiétude grandit

Le chiffre : Un nouveau record pour Paris

La polémique : Niang aurait dû être exclu

33e minute de jeu. L'action est bien loin des deux surfaces de réparation quand le défenseur allemand du PSG, Thilo Kehrer, contrôle le ballon. En l'espace de quelques secondes, ce dernier se retrouve au sol, hurlant de douleur. La faute à qui et à quoi ? À l'attaquant rennais, Mbaye Niang, auteur d'un tacle très dangereux au niveau de la cheville droite de son adversaire. Les images sont éloquentes et tout le monde s'attend à voir l'arbitre exclure Niang de la pelouse...

Mais contre toute attente, M. Abed sanctionne d'un carton jaune le joueur breton. Le VAR intervient alors et cette fois, rien ne semble empêcher l'officiel de changer la couleur de son carton. Mais là encore, l'incompréhension est totale : l'arbitre reste sur sa première décision et ne sanctionne pas Mbaye Niang d'un carton rouge. Invraisemblable tant les images sont édifiantes : il y avait bien une faute mettant en danger l'intégrité physique d'un joueur ; soit l'un des motifs, explicitement cité dans les lois du jeu, entraînant un carton rouge.

Le tweet : Thauvin ne comprend pas le carton jaune écopé par Niang...