Zlatan Ibrahimovic PSG
L'attaquant du PSG, Zlatan Ibrahimovic | AFP - MIGUEL MEDINA

Ligue 1: le PSG se méfie du grand écart à Guingamp

Publié le , modifié le

Remis à sa place mercredi en Ligue des champions par le FC Barcelone, le Paris SG doit vite digérer cette première défaite de la saison, ce dimanche à Guingamp , s'il veut s'attacher à retrouver la sienne au sommet de la Ligue 1 à l'occasion de la 18e journée. Il n'y a rien de dramatique dans la situation actuelle du PSG, qualifié pour les 8e de finale de cette C1, 2e de L1 à un point seulement de Marseille, et qui aura tout de même été la dernière équipe invaincue en Europe, même si cela n'a duré que trois jours.

Mais la défaite en Catalogne a jeté un froid en interne et sa 2e place en  phase de groupe de la C1 le fragilise dans la perspective des 8e de finale,  dont le tirage au sort peut lui réserver un gros, voire très gros adversaire  lundi. 

En attendant de connaître l'identité de ce futur adversaire européen, en  espérant que la déception ne précède pas une crainte plus grande encore, Paris  ne peut tergiverser et doit immédiatement se recentrer sur le championnat où, à  deux journées de la trêve, l'enjeu du titre honorifique de champion d'automne  revêt une importance plus grande que d'habitude. Ne serait-ce que vu du prisme de Laurent Blanc, qui devra également éviter  le camouflet d'une élimination mercredi prochain à Ajaccio (L2), pour l'entrée  en lice de son équipe, tenante du titre, en 8e de finale de la Coupe de la  Ligue. 

Ces six ultimes jours de compétition pour l'année civile, avec le dernier  des matches aller en L1 contre Montpellier samedi prochain, sont donc d'une  haute importance. A commencer par ce déplacement au Roudourou, chez des Guingampais qui  peuvent aussi se targuer de contribuer au rayonnement du foot français en  Europe, à l'instar de Paris, donc, et de Monaco en C1, avec cette belle  qualification obtenue jeudi pour les 16e de finale de l'Europa League.

Sinistrose parisienne

Surprenant et décomplexé sur la scène continentale, l'En Avant n'en reste  pas moins fragile et en difficulté en championnat, où sa 16e place ne le sépare  que de trois points de la zone rouge. Et si les hommes de Jocelyn Gourvennec  voudraient bien voir dimanche leur euphorie se prolonger autant que la  sinistrose parisienne, ceux de Laurent Blanc se doivent de faire respecter leur  rang. Un enjeu bien saisi par Marco Verratti: "On va aller à Guingamp  avec la  mentalité nécessaire pour gagner et pour ramener les trois points, c'est le  plus important pour nous en ce moment".

L'Italien, qui sera suspendu en Coupe de la Ligue et à propos duquel  Laurent Blanc a reconnu samedi en conférence de presse qu'il avait "peut-être  fait une erreur en le sortant" à Barcelone, sera un moteur non négligeable  comme il l'a brillamment été pendant plus d'une heure au Camp Nou. Cette réaction obligatoire sera-t-elle cependant l'oeuvre de l'équipe,  potentiellement type, défaite mercredi, ou viendra-t-elle d'une formation mixte  dictée par un souci de rotation. En l'état, c'est LA question qui prédomine et  si la réponse donnera un indice sur la gestion de Blanc sur son effectif,  celui-ci n'a pas caché qu'il y a "une réflexion à avoir. Ç'a été un match  fatigant, le Barça nous a fait courir".

Outre cet argument, le fait est que depuis plusieurs semaines certains  cadres et non des moindres, Thiago Silva et Thiago Motta en tête, déçoivent. Si  leur statut dans l'équipe semble délicat à remettre en cause, les voir goûter  au banc des remplaçants, au profit numériquement de Marquinhos ou Pastore n'a  rien d'improbable, d'autant que Blanc a dit samedi qu'ils "ne sont pas  intouchables".

AFP