Le PSG au petit trot face à Lille

Ligue 1 : Le PSG gagne au petit trot face à Lille

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain n'a pas eu à forcer son talent pour glaner les trois points face à Lille (2-0). Mauro Icardi (17e) et Angel Di Maria (31e) ont dessiné le succès parisien en première mi-temps. La suite n'a été que maîtrise, léger relâchement dans la dernière ligne droite, et surtout victoire pour le PSG. Lille tombe à la 7e place provisoire.

Il y a des soirs comme ça où le Paris Saint-Germain ne fait aucun effort pour camoufler le gouffre qui le sépare du reste de la Ligue 1. Face à Lille, leurs dauphins la saison dernière, 5e cette année, les Parisiens ont enquillé trois nouveaux points (2-0) comme on cueille des fraises en forêt : tranquillement, en ménageant son effort et en savourant le moment. D'abord par l'inévitable Mauro Icardi (17e), puis par Angel Di Maria (31e), les hommes de Thomas Tuchel ont montré qu'en quelques accélérations seulement, ils pouvaient tuer tout suspense.

Sur ces quelques éclairs, on a entraperçu l'entente collective nouvelle dont peuvent faire preuve les Parisiens cette année. Le reste du temps, ils ont laissé le ballon aux Lillois, se contentant de maîtriser leur avance grâce à un bloc bas et un très bon Kaylor Navas. Malgré quelques approximations dans le dernier quart d'heure, Paris s'est globalement montré souverain sans pour autant dérouler son football. C'est d'autant plus inquiétant pour Lille et les 18 autres équipes de Ligue 1. 

Icardinator

Le premier quart d'heure lillois incitait pourtant à l'optimisme. Paris n'a pas tenté un seul tir lors des quinze premières minutes. C'était la première fois de la saison que cela arrivait. Le bloc nordiste semblait alors compact, prêt à résister aux assauts des Neymar et autre Di Maria. Et puis patatra, Mauro Icardi a frappé. Et quand l'Argentin frappe, souvent, très souvent, ça finit au fond des filets. A la 17e minute, Idrissa Gueye, une nouvelle fois exemplaire dans son investissement et son abattage, a centré fort de la droite. Jose Fonte manquait son interception, au contraire d'Icardi qui ne s'est pas fait prier pour inscrire son 10e but de la saison (déjà !).

Voilà les Parisiens devant, dès leur première occasion. Dix bonnes minutes plus tard, c'est Angel Di Maria qui s'est montré intraitable en propulsant sa frappe dans la lucarne de Mike Maignan (31e) sur une belle passe de Julian Draxler. 2-0, sur deux tirs cadrés. On jouait alors la 31e minute, mais il se dégageait déjà l'impression que Paris avait fait le plus dur. 

Maîtrise et relâchement

Ce match face à Lille signait le retour de Neymar dans le groupe des titulaires après six semaines d'absence. Contrairement à son dernier retour de blessure, le Brésilien a eu l'air à la peine physiquement ce vendredi. Sur 50 ballons touchés, il en a perdu 29. Dans l'intensité donc, mais aussi dans sa justesse technique, Neymar a déçu. Et à l'image de son attaquant-star, le Paris Saint-Germain n'a pas (du tout) donné tout ce qu'il avait dans le ventre. En deuxième mi-temps, malgré quelques occasions de Draxler (55e) ou Kylian Mbappé (80e, 85e), les Parisiens ont levé le pied et laissé Lille se procurer quelques occasions chaudes. 

Certes, face à des Lillois inoffensifs (orphelins de leur serial buteur Osimhen, suspendu ce vendredi), Paris pouvait voir venir. Mieux, ils montrent ainsi la marge dont ils jouissent encore sur le reste du peloton en France. Mais en Europe, l'affaire pourrait se corser. Cette semaine, le Real Madrid de Zinédine Zidane se dresse face à eux, le couteau entre les dents après l'humiliation subie il y a quelque semaines face à des Parisiens autrement plus investis.