Saint-Etienne reçoit Paris ce dimanche

Ligue 1 : Le chaudron prêt à flamber contre Paris

Publié le , modifié le

En clôture de la 25e journée, Saint-Etienne reçoit le leader, le PSG. Les Verts, rebiffés après leur victoire face à Strasbourg (2-1) cette semaine, veulent faire vivre l'enfer aux Parisiens dans leur "Chaudron".

Paris n'aura peut-être pas la tête à ça. Paris sera probablement encore en train de digérer sa démonstration en Ligue des Champions face à Manchester United, et sera déjà un peu tourné vers le match retour du 6 mars. Qu'importe. Saint-Etienne voudra marquer le coup. Faire respecter sa réputation de club difficile à jouer à domicile. Dimanche, le stade s'embrasera. Pour accueillir comme il se doit l'ogre parisien. Et prolonger la belle semaine des Verts.

Saint-Etienne, la forteresse (quasi) imprenable

Si Saint-Etienne est quatrième de Ligue 1 cette saison, ce n'est pas seulement grâce à son serial buteur. Wahbi Khazri enfile les buts comme des perles (12) mais une équipe a besoin d'autre chose pour briller sur son terrain comme le fait Saint-Etienne.  A domicile, les Verts sont quasiment imbattables. Ils ont gagné neuf des douze matches qu'ils ont joués à Geoffroy Guichard, pour une seule défaite, face au rival lyonnais le 20 janvier dernier. Seul un club fait mieux cette année ... le Paris Saint-Germain, avec 100% de victoires.

Certes, cette réussite vient en grande partie du fait que Saint-Etienne est tout simplement une des meilleures équipes de France, à domicile ou à l'extérieur. Les Verts sont tout de même 4e. Mais l'impression que les hommes de Jean-Louis Gasset se subliment chez eux vient aussi de l'omniprésence du fameux "douzième homme" : le public. Christophe Galtier, ancien entraîneur des Verts, compare le stade de Saint-Etienne aux bouillants stades de Premier League, dans cette interview de The Telegraph.  "Ici, seul le football a de l'importance, avance Galtier. Comme en Angleterre, dans la famille tout le monde est supporter de père en fils, vous comprenez ! Quand je parle avec ma femme qui est heureuse ici, elle me demande 'Mais pourquoi tu restes ici ?'. Et je lui réponds : 'Parce que c'est comme en Angleterre !'"

Saint-Etienne est une de ces villes européennes dont le coeur a la forme d'un ballon de football. Geoffroy Guichard a eu un taux d'occupation de 67% lors de la dernière saison, soit le 4e taux derrière les trois ogres que ce sont le PSG, Lyon et Marseille. Thomas Tuchel a d'ailleurs tenu à relever cet aspect-là du duel face aux Verts, lors de sa conférence de presse d'avant match : "Saint-Etienne est très fort contre les grandes équipes, les cinq premiers, ils font toujours de bons matchs chez eux parce qu'il y a une ambiance très forte et qu'ils sentent l'émotion particulière qu'il y a dans leur stade". 

Une question de dynamique

Après une série de quatre matches sans victoire, Saint-Etienne s'est repris à temps, ce mercredi, face à un concurrent direct aux places européennes : le Racing Club de Strasbourg.  Cette victoire est arrivée à point nommé. Les Stéphanois ont semblé remobilisés, et motivés pour les prochaines échéances après leur victoire contre Strasbourg. "On va essayer de faire un résultat contre Paris", promet le défenseur  stéphanois Timothée Kolodziejczak, selon des propos rapportés par l'AFP.

De leur côté, les Parisiens se déplacent dans le Forez avec une équipe diminuée. Thomas Meunier et Eric Choupo Moting malade, ne seront pas sur le terrain, Thomas Tuchel l'a confirmé ce samedi. Ses absences s'ajoutent à celles, majeures, d'Edinson Cavani et de Neymar. Marco Verratti et Presnel Kimpembé pourraient être mis au repos. Kylian Mbappé portera, une nouvelle fois, l'attaque parisienne sur ses jeunes épaules, avec l'aide inconstante - mais parfois brillante comme contre Manchester United - d'Angel Di Maria. Le "Chaudron" pourrait trembler ce dimanche.