Neymar
Neymar a délivré le Paris Saint-Germain en toute fin de rencontre. | JEFF PACHOUD / AFP

Ligue 1 : Face à Lyon, Neymar sauve encore le PSG

Publié le , modifié le

Neymar a encore revêtu son costume de sauveur du Paris Saint-Germain. Après avoir constamment buté contre un Anthony Lopes des grands soirs, le PSG s'en est une nouvelle fois remis à un exploit individuel de son prodige brésilien, en toute fin de rencontre, pour ramener une belle victoire du Groupama Stadium. Et prendre trois points d'avance en tête de la Ligue 1.

Et dire que le Paris Saint-Germain voulait s'en séparer... Auteur d'un nouvel exploit individuel offrant la victoire à son club en toute fin de rencontre (87e), Neymar a propulsé le PSG seul en tête de Ligue 1 et dégoûté les hommes de Sylvinho, jusqu'alors portés par leur gardien Anthony Lopes enchaînant parades sur parades. L'OL, qui compile les contre-performances après un début de saison canon (deux défaites et deux nuls lors de leurs quatre derniers matches), plonge à la 9e place du championnat tandis que les Parisiens continuent à surfer sur leur très belle dynamique et emmagasinent de la confiance en vue des prochaines joutes européennes. 

Lopes, muraille de l'OL

Toujours en lévitation depuis mardi dernier et sa Masterclass face au Real Madrid (3-0, auteur d'un doublé), Angel Di Maria a été le premier à se montrer sur la pelouse du Groupama Stadium. Dès la 2e minute de jeu, l'ailier argentin se jetait déjà comme un mort de faim devant Lopes après une course de plusieurs dizaines de mètres pour tenter de contrer la relance de ce même Lopes. Puis par un décalage dans la surface, offrant une belle occasion de but à Choupo-Moting sur une frappe croisée que le gardien lyonnais repoussait difficilement en corner. Les gants chauds, le portier lyonnais allait alors tenir le score à lui tout seul. 

Les Lyonnais se sont employés à exercer un énorme pressing pour gêner au maximum les relances des champions de France et ont vite été à bout physiquement. Il a alors fallu beaucoup de concentration aux joueurs de Sylvinho pour ne pas encaisser de but. Mais surtout, un Anthony Lopes des grands soirs. Car, après 20 minutes d'attaque-défense, les vagues bleues n'ont pas arrêté de déferler sur la surface de l'OL. Mais ni Choupo-Moting, d'un tir non-académique (33e), ni Neymar, d'un coup franc lointain (41e) n'ont réussi à tromper la vigilance de l'éternel Lyonnais. De l'autre côté du terrain, la surface parisienne semblait être impossible d'accès. Pour preuve : chacun des six tirs lyonnais sont partis de l'extérieur. Non mécontents de rentrer aux vestiaires sans avoir encaissé le moindre but malgré 13 tirs subis, total le plus élevé dans une première période de Ligue 1 depuis le début de la saison.

Neymar, indispensable ?

Au retour des vestiaires, le rapport de force a complètement tourné en faveur des Parisiens et l'étau s'est encore plus resserré autour de la surface des locaux. Incapables de se procurer la moindre opportunité offensivement, l'OL a serré les dents. Et Lopes, encore et toujours, a continué sa prestation de haute volée afin de tenter de laisser le PSG muet, ce que n'était pas arrivé en Ligue 1 depuis... 44 rencontres. Un brin aidé par la chance lors d'une tête d'Abdou Diallo à la retombée d'un corner (59e), il a parfaitement su s'interposer dans les pieds de Neymar (62e). Mais le prodige brésilien n’avait pas encore dit son dernier mot.

Sans Cavani, ni Mbappe, ni Icardi, le Paris Saint-Germain a clairement manqué d'un finisseur ce dimanche soir, mais certainement pas d'un leader. A l'image de sa superbe reprise acrobatique face à Metz la semaine précédente, Neymar s'est encore mué en sauveur du club dont il ne voulait plus entendre parler il n'y a que quelques semaines de cela. Parfaitement servi dans la surface par Angel Di Maria, l'attaquant brésilien s'est débarrassé de Tete d'un crochet du droit avant de se retourner pour enchaîner une frappe croisée qui terminait sa course dans le petit filet opposé d'Anthony Lopes (87e). Imparable. Et voilà les Parisiens en tête du championnat, avec trois points d'avance sur leurs dauphins, Angers et Nice. Pour ne plus la lâcher ?