Sidibé
Djibril Sidibé | FRANCK FIFE / AFP

Ligue 1 - Djibril Sidibé : "J'avais l'ambition d'aller voir ailleurs"

Publié le , modifié le

Le défenseur international de Monaco, Djibril Sidibé, poussé sur le banc par Benjamin Pavard lors du Mondial, a évoqué jeudi sa "frustration" mêlée à sa joie d'être champion du monde, et sa difficulté à revenir alors qu'il rêvait d'un transfert.

Comment allez-vous physiquement, après votre blessure au genou?
Djibril Sidibé : "Je vous rassure, tout va bien. Je ne suis inquiet ni sur mon état de santé ni sur mon niveau. Je sais que les gens m'attendent. Moi, le premier, j'ai hâte de retrouver la compétition. Après le Mondial, émotionnellement très fort, il fallait se remettre dedans. J'avais l'objectif d'y participer et de jouer. Malgré des mésaventures de santé, j'ai réussi mon pari. Je suis un compétiteur. Depuis, il s'est passé plein de choses, dont le mercato."

Jardim dit avoir vu un changement cette semaine.
D.S : "Il a le regard d'un entraîneur. Je m'investis à fond à chaque entraînement. Mais c'est sûr qu'il y a eu de la frustration par rapport au Mondial. Et aussi d'être un des seuls rescapés de l'épopée du titre avec Monaco (champion de France 2017, ndlr). Il y a eu des discussions avec le club. Mais bon... Il fallait digérer tout ça et se remettre au travail."

L'après-Coupe du monde a été compliqué?
D.S : "Le regard des gens changent. On essaie de rester soi-même mais c'est difficile. Voir l'engouement derrière l'équipe est formidable. Se dire qu'on a réalisé notre rêve d'enfant, il n'y a pas de mot. Voir les gens pleurer, nous acclamer était magnifique. Il faut essayer de le rendre."

Est-ce dur de rester au club?
D.S : "Non, il ne faut pas exagérer. Je suis sous contrat et ma plus grande joie est de jouer. Mais je voulais franchir un palier, voir un autre championnat. J'avais des plans, l'ambition d'aller voir ailleurs. J'accepte le destin et suis prêt à m'investir à fond. Même si c'est différent, on va s'adapter."

Votre blessure a-t-elle bloqué votre transfert?
D.S :
"C'est ce que je me dis. Un joueur en bonne santé qui joue le Mondial rassure plus, c'est sûr. Même si je sais que ça parle, la réponse sera sur le terrain. Quand les gens verront que je suis performant, cela partira."

Avez-vous eu la tentation de vous faire opérer?
D.S : "Oui. On a analysé la chose avec plusieurs spécialistes. On m'a préconisé un renforcement et l'enchaînement des matches. On aviserait alors. Aujourd'hui, j'effectue un protocole de prévention, sans douleur ni gonflement."

Pourriez-vous partir en janvier?
D.S : "Tout est ouvert. Mon objectif est de rejouer pour atteindre un très haut niveau. Je ne suis pas dans l'idée de rejouer pour partir. S'il y a une bonne opportunité, que je me sens bien et que le club le souhaite, on avisera."

Comment avez-vous vécu la révélation de Benjamin Pavard?
D.S :
C'est frustrant. Mais je suis content pour lui, que j'ai connu à Lille. Il est jeune, sûr de lui, avec beaucoup de qualités. En club, il évolue à un autre poste. J'ai eu un petit souci lors du dernier match préparatif contre les Etats-Unis (1-1). Le coach a fait ses choix pour cette compétition. Il faut savoir se rabaisser pour le collectif. On aimerait jouer. Mais notre victoire, c'est celle du collectif."

Pavard semble déjà remis en cause...
D.S :
Avant d'être international, on vante vos mérites, vos qualités. Après, on vous décrypte bien comme il faut! J'ai connu ça. Contre l'Allemagne et les Pays-Bas, qui nous attendaient, ce n'était pas facile. Mais il va se relever, pas de souci."

AFP