Angel Di Maria survole le clasico
Angel Di Maria survole le clasico | Thomas SAMSON / AFP

Ligue 1 : Di Maria met Paris sur orbite dans le classico

Publié le , modifié le

Vainqueur de Marseille 3-1, le PSG a réussi son retour au Parc des Princes, onze jours après l'élimination sans gloire de la Ligue des champions. Un seul homme est responsable du KO : Angel Di Maria, auteur d'un doublé et d'une passe décisive. Avec 77 points, Paris conforte sa première place tandis que l'OM (47 pts) stagne à la 4e place et a perdu Steve Mandanda, exclu à l'heure de jeu.

Quand un match sent la poudre, il n’y a qu’un maître artificier pour éclairer le jeu de son génie. Dans un Classico très poussif pendant une demi-heure, Paris s’est illuminé grâce à Angel Di Maria. Déjà auteur de sa saison la plus aboutie sous le maillot parisien, l’Argentin a confirmé son statut de bourreau des Olympiens. Deux buts et une passe décisive, Di Maria était dans tous les bons coups. Et le PSG en a eu bien besoin tant l’OM lui a posé des soucis pendant presque une mi-temps. Pas par la présence de Mario Balotelli, qui avait prévu un tee-shirt à l'effigie du Mancunien Marcus Rashford au cas où, mais avec son bloc compact et son pressing incessant. Dans le contexte particulier de l’après-élimination, Paris avait toutes les peines du monde à prendre le jeu à son compte. Ce n’était pas vraiment la rédemption attendue par les supporters. Pour ne rien arranger, Meunier et Alves se blessaient assez tôt dans le match si bien que le PSG évoluait plutôt en contre. C’est sur un corner phocéen, en toute fin de mi-temps, que le show Di Maria débutait. Le milieu de l’Albiceleste ressortait le ballon avec trois Marseillais aux trousses. Dans la continuité, il récupérait le cuir sur un contrôle acrobatique et décalait Mbappé. Le Français crucifiait Mandanda du plat du pied (1-0, 45e+2).

Di Maria bourreau de l'OM

Un but contre le cours du jeu mais l’OM remettait les pendules à l’heure 27 secondes après la reprise. Sur un dégagement de Mandanda que tout le monde laissait passer, Ocampos servait Germain dont le sens du but permettait à l’OM d’égaliser (1-1, 46e). C’était le premier but marseillais à Paris depuis 4 ans et le dernier tir du match des Provençaux. Marseille n’avait pas vraiment le temps d’en profiter et d’y croire. Angel Di Maria reprenait le destin du match en main. Après un relais avec Kehrer, il marquait dans un angle très fermé (2-1, 55e). Ce but sonnait le glas de Marseille dont les affaires se compliquaient sérieusement quand Mandanda écopait d’un carton rouge pour une main lors d’une sortie hors de sa surface. Pelé entrait à la place de Balotelli et allait chercher son premier ballon …au fond des filets. A 28 mètres du but, Di Maria travaillait magistralement son ballon qui entrait dans la cage avec l’aide du poteau (3-1, 66e). 

"Deux extraterrestres, ça aide pour gagner"

"Di Maria a fait un match exceptionnel. Il a beaucoup de responsabilités car il nous manque des joueurs-clé", a réagi son entraîneur Thomas Tuchel. "Il a été extraordinaire. Il a été décisif. Je suis heureux pour lui car il le mérite." L’OM était sonné et s’appliquait à ne pas prendre davantage de but. Le mérite en revenait à Pelé qui sortait un penalty de Mbappé dans le temps additionnel. "Quand vous avez deux extraterrestres dans votre équipe, ça vous aide pour gagner, a reconnu Rudi Garcia le coach olympien. Que ce soit Mbappé et surtout Di Maria, qui survole en ce moment les matches et les gagne à lui tout seul." Paris n'a pas sauvé sa saison sur ce match mais l'opération rachat est en bonne voie.