Nancy champion
Nancy, champion de France de Ligue 2 la saison dernière | JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Ligue 1 - Des promus et des promesses

Publié le , modifié le

Nancy, Dijon et Metz ont obtenu leur ticket pour la Ligue 1 en mai dernier. Zoom sur ces trois promus qui, s’ils viseront avant tout le maintien, rêvent tous d’un parcours à la Angers, surprise du dernier exercice (9e).

Le p​lus stable : Nancy

A l’est, rien de nouveau, ou presque. Pour son retour en Ligue 1 après trois saisons à l’étage inférieur, Nancy a choisi de continuer sur sa lancée de la saison passée avec un titre de champion de Ligue 2 à la clé. La devise de ce mercato estival : on garde les mêmes et on recommence. Christophe Mandanne, de retour en L1 après une pige dans le Golfe, la révélation Nîmoise Anthony Koura, le gardien Sergey Chernik, le milieu ivoirien Serge N’Guessan et le jeune Vincent Marchetti sont les seuls à remplir pour le moment le tableau des arrivées. Prime à la stabilité donc, avec aux manettes un Pablo Correa plus que rôdé aux joutes de la Ligue 1. Un mélange d’expérience (Pedretti, Hadji, Chrétien) et de jeunesse (Lenglet, Maouassa, Aït Bennasser) pour l’ASNL. Stratégie payante ? Premiers éléments de réponse face à Lyon le 14 août.

Le plus joueur : Dijon

Vice-champion de Ligue 2 l’année passée avec un jeu séduisant et une attaque de feu, Dijon prépare cette nouvelle saison dans l’élite avec davantage de certitudes qu’il y a cinq ans. A l’époque, le staff avait principalement recruté dans les divisions inférieures pour un résultat honnête mais qui ne les avait pas empêchés de faire l’ascenseur. Adjoint de Patrice Carteron à l’époque, le coach actuel Olivier Dall'Oglio semble vouloir éviter de reproduire les même erreurs. Malgré les pertes de Christopher Jullien (Toulouse) et Arnaud Souquet (Nice), les Bourguignons ont conservé la plupart des cadres de la montée et tenteront de relancer un Marvin Martin en perdition à Lille pour ce qui pourrait être l'un des jolis coups de ce mercato hexagonal. L’arrivée de Florent Balmont, 438 matches de Ligue 1, confirme la volonté d’amener de l’expérience à ce groupe assez jeune.

Le chantier est grand mais loin d’être impossible pour le club dijonnais qui découvrira pour la deuxième fois de son histoire la Ligue 1. Reste à savoir désormais quelle sera la philosophie de jeu adoptée par Dall’Oglio cette saison. Prônant un jeu résolument offensif et porté vers l’avant, rien ne dit que cette stratégie permette à Dijon de survivre en Ligue 1, à l’image de Troyes l’année passée. Dans une interview accordée à nos confrères de So Foot, le capitaine Cédric Varrault a prévenu : "Avant de penser à faire du jeu, il va falloir penser à être solides". Ça a le mérite d’être clair.

Le plus Made In Ligue 1 : Metz

C’est peu dire que Metz est un habitué de la Ligue 1. En empochant son ticket pour l’élite lors de l’ultime journée la saison dernière, le club Lorrain disputera son 59e exercice à ce niveau, rien que ça ! Pour éviter de faire l’ascenseur comme cela avait été le cas il y deux saisons avec une piteuse 19e place, Metz a choisi de miser sur des éléments rodés à la Ligue 1 avec plusieurs jolis coups. Les Grenats ont choisi de rapatrier Mevlut Erding, parti s’enterrer à Hanovre, et qui avec le départ d’Ibrahimovic du PSG revient en Ligue 1 avec le statut de meilleur buteur du championnat en activité (86 buts). Les arrivées de Franck Signorino, Renaud Cohade et Yann Jouffre (682 matches de Ligue 1 à eux trois) viennent renforcer un effectif assez inexpérimenté en ce qui concerne le haut niveau. Certains jeunes joueurs pourraient néanmoins faire des pelouses de Ligue 1 leurs jardins et exploser aux yeux des français à l’image de Yeni Ngbakoto, brillant sous le maillot Grenat la saison passée, ou de Simon Falette, nommé dans l'équipe-type de la Ligue 2 et débauché de Brest. En attendant peut-être les premiers pas de Vincent Thill, 16 ans et annoncé comme la pépite du centre de formation messin.

Mathieu Aellen