PSG

Ligue 1 : Comment le PSG finit ses saisons depuis 2012 ?

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain termine son exercice 2018-2019 en roue libre, enchaînant les mauvais résultats. Le club parisien, déjà sacré champion de France, n'a remporté qu'un seul de ses cinq derniers matches de Ligue 1, avant de recevoir Nice, samedi. Retour sur les scénarios et les statistiques des fins de saisons du PSG depuis qu'il est passé sous pavillon qatari.

Paris a sans doute hâte de voir le bout. Pas le bout du tunnel car le PSG s'en sort avec un titre de champion de France, malgré la perte des deux Coupes nationales et l'échec en Ligue des Champions. Mais cette fin de saison s'apparente à un boulet au pied du club de la capitale. Les performances sont négatives, les esprits n'y sont plus vraiment et les chiffres sont anormaux par rapport aux précédentes saisons parisiennes depuis l'arrivée du fonds qatari. Comparaison sur une période définie : 31e journée jusqu'au terme, soit huit journées.

Saison 2011-2012 : 19 points, 21 buts marqués, 9 buts encaissés 

La première saison du Paris Saint-Germain version QSI s'avère être un demi-échec. La Ligue 1 file du côté de Montpellier. Pourtant sur les huit derniers matches, le club parisien entraîné par Carlo Ancelotti, qui a remplacé Antoine Kombouaré en cours de saison, carbure pour tenter de rattraper le leader montpelliérain. Le PSG possède la meilleur attaque et le meilleur total de points sur la période. Insuffisant. La défaite face au champion de France en titre, Lille, enlève les trois points, ceux de retard au final sur le MHSC. 

Saison 2012-2013 : 22 points, 15 buts marqués, 3 encaissés

Cette année-ci, le PSG change de dimension en attirant Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva et Marco Verratti. Et ça se ressent. Dès la 21e journée, les hommes du technicien italien prennent le leadership pour de bon. Avec sept points d'avance sur son rival Marseille à huit matches du terme, le PSG réalise un final quasi-parfait : sept victoires et un nul. La supériorité se fait par une solidité défensive. Paris termine avec douze points d'avance sur l'OM. 

Saison 2013-2014 : 16 points, 14 buts marqués, 5 encaissés

Même constat lors de l'exercice suivant. Paris, qui est renforcé par Edinson Cavani et Marquinhos, domine largement la Ligue 1. Toutefois, à l'abri à l'approche de la fin de la saison, le PSG, repris par Laurent Blanc, est moins royal en s'inclinant deux fois (face à Lyon et Rennes). L'attaque parisienne est moins prolifique, malgré l'imperméabilité défensive. A noter que le PSG débute sa suprématie en Coupe de la Ligue en 2014, avant de la voir interrompue en 2019.

Saison 2014-2015 : 24 points, 28 buts marqués, 8 encaissés

Le carton plein. L'autorité parisienne est mise à rude épreuve par son plus sérieux concurrent : Lyon. L'OL n'a qu'un point de retard sur le leader à l'issue des 30 premières journées. Marseille est également à deux points. Alors le PSG active le mode rouleau compresseur sur les huit derniers matches : une attaque qui tourne à 3,5 buts en moyenne, que des victoires . A la Coupe de la Ligue et Ligue 1 s'ajoute aussi la Coupe de France. Saison pleine ponctuée par un finish idyllique. 

à voir aussi Football : Mbappé suspendu trois matches ferme, ouverture d'une procédure contre Neymar Football : Mbappé suspendu trois matches ferme, ouverture d'une procédure contre Neymar

Saison 2015-2016 : 19 points, 25 buts marqués, 4 buts encaissés

La saison où le Paris Saint-Germain établit des records à la pelle : plus grand nombre de points (96), invicibilité (36 matches sans défaite), plus grand nombre de victoires. Et surtout celui du titre le plus précoce : au bout de 30 matches. Le championnat joué, cela ne l'empêche pas de continuer à engranger des succès, souvent larges, malgré une défaite face à Monaco. 

Saison 2016-2017 : 19 points, 23 buts marqués, 6 buts encaissés

Comme en 2011-2012, le PSG, qui voit Unai Emery débarquer sur le banc, est en position de chasseur. Devant lui, un Monaco impérial porté par Falcao et Mbappé. Trois unités les séparent après 30 rencontres. Et comme lors de la première année sous QSI, le club ne comble pas son retard. Monaco fait le sans-faute, pas Paris. L'ASM est sacré et le dernier match du PSG a un impact sur le championnat. Tenus en échec par Caen, les Parisiens permettent aux Normands de se maintenir.

Saison 2017-2018 : 13 points, 15 buts marqués, 9 buts encaissés

Cette fois-ci, le club de la capitale se montre souverain sur le championnat avec quatorze points de plus que le champion sortant après 30 matches. Les ajouts de Neymar et Mbappé propulsent l'équipe. Rapidement champions, les Parisiens délaissent quelque peu la fin de saison : seulement septièmes sur la période. Et à nouveau, un nul face à Caen lors de la dernière journée permet à Malherbe de se maintenir

En rouge, la saison en cours. En vert, les saisons ont Paris est champion. En jaune, les saisons où Paris n'est pas sacré. 

Saison 2018-2019 : 4 points, 8 buts marqués, 11 encaissés (4 matches*)

* La défaite face à Nantes n'est pas comprise dans ces statistiques, étant donné qu'elle comptait pour la 28e journée.

C'est ici que tout parait anormal. Brillant deux tiers de la saison en Ligue 1, Paris croule par la suite. Pouvant égaler son record du sacre le plus rapide, les homme de Thomas Tuchel gâchent trois occasions. Surtout, avec moitié moins de rencontres disputées, le PSG a concédé plus de buts que lors des saisons précédentes. Le compteur points colle à la terre : treizième équipe sur la durée. Et les deux Coupes nationales ont été perdues. 

"Nous sommes dans une phase bizarre et compliquée. Il nous manque des joueurs, de la concurrence pour nous améliorer et grandir. C'est la même situation depuis des semaines. Nous ne sommes peut-être pas à 100%, et la concentration n'est peut-être pas la même qu'avant. C'est normal, mais on veut que tout le monde montre une mentalité pour gagner", a expliqué Thomas Tuchel. Face à Nice ce samedi, l'objectif, encore une fois, sera de relever la tête pour finir la saison dignement.