Boubakar Kamara, seul buteur marseillais face à Strasbourg

Ligue 1 : après quatre matches sans victoire, l'OM se rassure en dominant Strasbourg

Publié le , modifié le

L'OM se rassure, un peu. Après trois nuls et une défaite, l'Olympique de Marseille a retrouvé le chemin du succès ce dimanche face à Strasbourg, nouvelle lanterne rouge du championnat (2-0). Un but précoce de Boubakar Kamara et un penalty en fin de match de Kevin Strootman permettent aux Phocéens de s’immiscer dans le top 5 de Ligue 1 et de revenir à un point du podium. Un succès sans briller mais précieux, alors que se profile le Classique face au PSG le week-end prochain.

Marseille relance la machine. Après trois matches nuls et un naufrage défensif à Amiens avant la trêve, l'OM a retrouvé le chemin du succès ce dimanche face à Strasbourg (2-0). Un but en tout début de match de Boubakar Kamara a longtemps suffi au bonheur des hommes d'André Villas-Boas, qui se sont tout de même offerts une fin de match en apnée jusqu'à ce qu'un penalty de Kevin Strootman dans le temps additionnel ne les mettent définitivement à l'abri.

"Ce n'est pas le plus beau match qu'on ait fait cette saison mais c'est efficace", a confié Valentin Rongier au micro de Canal+. Efficace car avec désormais 16 points, les Olympiens se replacent dans le top 5 (4es) et gardent le podium en ligne de mire, avec un point de retard sur Reims. De quoi faire le plein de confiance avant un déplacement toujours périlleux au Parc des Princes dimanche prochain.

Kamara, retour gagnant

De retour dans le onze d’André Villas-Boas après avoir purgé ses trois matches de suspension, Boubakar Kamara ne pouvait rêver meilleur come-back. Trois minutes de jeu seulement et le jeune défenseur est à l’affût après un coup-franc raté de Benedetto et une remise astucieuse de Strootman. La frappe de Kamara est légèrement détournée par Ajorque et transperce les filets de Matz Sels (1-0, 3e). Huit mois après son premier but chez les professionnels face à Bordeaux dans un Vélodrome alors à huis-clos, le minot met les siens sur les rails et s’offre enfin la joie de célébrer son but dans un stade marseillais en fusion.

Sonné, Strasbourg n’est pourtant pas KO. Brouillons et limités techniquement, les Alsaciens vont tout de même se montrer dangereux en jouant à fond les transitions. Thomasson par deux fois (18e, 25e), une chevauchée pleines cannes de Bellegarde (37e) et un centre-tir d'Ajorque (45e) font frissonner le Vélodrome mais c’est bien l’OM qui fait le jeu et qui se montre le plus inspiré, à l’image de Nemanja Radonjic. Servi par Caleta-Car, le Serbe retrouve son défenseur d’une talonnade subtile, ce dernier décochant une mine qui fait trembler le poteau droit de Sels (20e).

Malgré quelques bonnes intentions lors des 45 premières minutes, les Marseillais ont longtemps manqué de tranchant pour pouvoir se mettre à l'abri, notamment au cours d'un second acte qui a rapidement basculé dans la fadeur et la platitude. Juste le temps pour Radonjic de fracasser la barre de Sels sur un bon centre de Germain (55e) et pour Khaoui de profiter de son faible temps de jeu pour se signaler d'une belle volée (70e). Bien maigre mais pas vraiment de quoi se faire peur, la 19e attaque de Ligue 1 ne profitant pas de Marseillais acculés dans leur camp lors du dernier quart d'heure pour inquiéter Steve Mandanda.

Le dernier éclair dans la nuit marseillaise viendra finalement de Dario Benedetto. Peu alimenté en ballons, l'Argentin s'est montré encore une fois précieux dans le pressing et plutôt intelligent dans le jeu avant de se montrer décisif dans le money-time. Parti en contre-attaque, le 9 marseillais efface Simakan d'un crochet derrière la jambe d'appui avant de s'écrouler. Penalty logique que Benedetto, en buteur gourmand qu'il est, voulait évidemment tirer. Kevin Strootman en a décidé autrement, glissant un petit mot à l'oreille de son coéquipier qui s'est effacé sans broncher. Un contre-pied parfait du Néerlandais plus tard (2-0, 90e+3), le Vélodrome pouvait enfin souffler. Et regarder désormais vers le haut, que ce soit au classement ou sur la carte de France. Car c'est Paris et le Parc des Princes qui attendent Villas-Boas et ses hommes dimanche prochain.