Ligue 1 : Après Arsenal, Rennes confirme face à Caen

Publié le , modifié le

Auteur·e : Mathieu Aellen
La joie des Rennais après le but d'Adrien Hunou
La joie des Rennais après le but d'Adrien Hunou | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Trois jours après sa victoire face à Arsenal en Ligue Europa, le Stade Rennais ne baisse pas le pied. Grâce à des buts de Bourigeaud, Hunou et Niang, les joueurs de Julien Stéphan se sont imposés face à Caen au Roazhon Park (3-1) lors de la 28e journée de Ligue 1. Une victoire précieuse, puisque les Bretons reviennent à trois points de Saint-Etienne, 5e, et provisoirement à quatre points de l'OM, 4e. Caen, à la recherche d’une victoire depuis mi-décembre, est lui 19e et relégable.

Rennes continue de jouer sur tous les tableaux. Huitième de finaliste de Ligue Europa, toujours en lice en Coupe de France avant sa demi-finale face à Lyon début avril, le Stade Rennais surfe sur grosse forme du moment et en profite pour se donner les moyens de rêver à un potentiel ticket européen en fin de saison. Mené rapidement après l’ouverture du score de Casimir Ninga, les joueurs de Julien Stéphan, à l’image du match face à Arsenal jeudi, ont su renverser la situation pour s'imposer 3-1 face au Stade Malherbe Caen lors de la 28e journée de Ligue 1. Des buts de Benjamin Bourigeaud, Adrien Hunou et Mbaye Niang permettent aux Bretons de remonter provisoirement à la huitième place et de revenir à seulement trois points de Saint-Etienne, 5e, et à quatre points de l'OM, 4e et qui reçoit Nice ce soir à 21h. De quoi conclure de la meilleure des manières une semaine parfaite pour les Rouge et Noir.

à voir aussi Ligue Europa : Le Stade Rennais fait tomber Arsenal et prend une option pour les quarts Ligue Europa : Le Stade Rennais fait tomber Arsenal et prend une option pour les quarts

Bourigeaud remet ça

Si le match face à Arsenal jeudi à marquer les esprits, les joueurs de Julien Stéphan se sont appliqués à réciter la même partition, avec un onze quasi identique (Niang remplaçant André suspendu) pour un copier-coller de la première mi-temps contre les Gunners. Endormi, avec beaucoup de déchets pendant les vingt premières minutes, Rennes va d’abord se faire punir face au réalisme caennais. Dans ses 30 mètres, Khaoui récupère, se débarrasse de trois rennais avant de trouver Ninga côté gauche. Le Tchadien repique intérieur, feinte la frappe avant d’enrouler. Son tir, dévié par Mexer, vient se loger dans le petit filet de Koubek (0-1, 20e).

Mais comme jeudi, une expulsion va venir rebattre les cartes. Ismaila Sarr, qui a vu sa reprise du gauche sortie sur la barre par Samba (22e), prend un malin plaisir à martyriser Armougom. Trois fautes sur le Sénégalais pour le défenseur caennais et deux jaunes qui font rouge dès la demi-heure de jeu. Un premier tournant, avant que Benjamin Bourigeaud ne se rappelle au bon souvenir de la Coupe d’Europe, envoyant son coup-franc des 20 mètres, à l’angle gauche de la surface, dans le petit-filet opposé de Brice Samba (1-1, 40e).

Sarr, le détonateur

Un Samba qui a longtemps maintenu son équipe à flot, sortant une frappe de Traoré juste avant la mi-temps (45e) puis s’offrant un arrêt réflexe superbe sur une tête d’Hunou aux six mètres (50e). Mais le jeune gardien ne pourra rien face aux multiples vagues rennaises, et aux jambes de feu d'un Ismaila Sarr déchainé. Le Sénégalais fait parler la poudre une première fois côté droit, déposant Diomandé pour servir Hunou sur un plateau au deuxième poteau (2-1,58e) avant de remettre ça trois minutes plus tard. Accélération dévastatrice, Jonathan Gradit dans le rétro et un centre en retrait parfait pour Mbaye Niang, sans pitié face à son club formateur (3-1, 62e), et qui aurait pu s’offrir un doublé avec plus de réussite (65e, 82e).

En supériorité numérique et avec un Hatem Ben Arfa appliqué et souvent très juste collectivement, Rennes s’est contenté de gérer son avance, non sans s’offrir une légère et dernière frayeur. Mais Diomandé, à l’affût après une frappe contrée de Ninga, voyait son but logiquement refusé pour une position de hors-jeu (77e). Pas de quoi faire paniquer des Rennais sûrs de leur force et avec l'esprit désormais pleinement tourné vers le huitième de finale retour à l'Emirates jeudi prochain. Caen, 19e, s'enfonce lui un peu plus. Incapables de gagner depuis le 18 décembre, les Normands restent englués dans la zone de relégation, avec un seul point d'avance sur Guingamp, la lanterne rouge.