Ligue 1 : Antoine Kombouaré appelle à la grève pour passer à 22 clubs la saison prochaine

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Antoine Kombouaré et Toulouse continuent de plonger
Antoine Kombouaré et Toulouse continuent de plonger | SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ancien entraîneur du PSG et de Toulouse, Antoine Kombouaré appelle à la grève. L'ancien technicien souhaite un championnat à 22 clubs la saison prochaine suite à l'arrêt des compétitions 2019-2020.

"Ce qui se passe actuellement, la relégation de Toulouse et Amiens, constitue une profonde injustice", lâche Antoine Kombouaré dans les colonnes de l'Equipe. L'ancien entraîneur du PSG poursuit : "Le foot a l'occasion unique de faire preuve d'humanité et de solidarité, mais aussi de bon sens et de courage". Ce que  Kombouaré ne comprend pas, c'est pourquoi les clubs français ne bougent pas et ne soutiennent pas Toulouse et Amiens, relégués en Ligue 2 suite à l'arrêt du championnat. Pour lui, il faut faire grève.

Vestiaires de tous le pays, unissez-vous

"Que les joueurs et entraîneurs se mettent d'accord pour faire grève en début de saison prochaine si ça n'évolue pas. Les capitaines doivent se réunir et adopter une position commune avec un message clair : "Si on n'est pas 22, on ne débute pas" ", appelle l'ancien défenseur du PSG. Pour lui, la seule solution équitable serait une Ligue 1 à 22 équipes, avec quatre descentes pour revenir à 20 équipes dès la saison suivante.

"C'est le moment de montrer une autre image et d'arrêter de penser à sa gueule", affirme Kombouaré. En réponse, certains lui rappellent qu'il est l'ex-entraîneur de Toulouse et que son fils est directeur administratif à Amiens, mais le technicien affirme qu'il agirait pareil s'il s'agissait d'autres clubs. "On est une famille et on se tend la main quand l'un souffre',  continue-t-il, toujours dans l'Equipe.

"M. Le Graët aurait-il été d'accord si Guingamp était parmi les relégués ?"

Par cette interview, Kombouaré met la pression sur la FFF, et sur les syndicats de joueurs (UNFP) et d'entraîneurs (Unecatef). Il en profite d'ailleurs pour tacler le président de la FFF, Noël Le Graët, ancien président de Guingamp : "M. Le Graët aurait-il été d'accord si Guingamp était parmi les relégués ?" Pour Kombouaré, qui craint des fins de contrats pour des joueurs et du personnel administratif, la solution est pourtant toute trouvée puisque la suppression de la coupe de la ligue laisse de la place pour les matches supplémentaires.