Lucas Ocampos (OM)
Lucas Ocampos a marqué des points à Groningen en Ligue Europa. | PATRIK STOLLARZ / AFP

Ligue 1 - 6e journée : le révélateur lyonnais va en dire plus sur cet OM

Publié le , modifié le

L’Olympique de Marseille passera dimanche son premier vrai test de la saison avec la réception de Lyon en clôture de la 6e journée de Ligue 1 (21h00). Après un début d’exercice très compliqué, entre la démission de Marcelo Bielsa et des résultats peu convaincants, les Phocéens ont enchaîné deux succès depuis le retour de trêve internationale. Une bonne dynamique à confirmer dans le duel des Olympiques, qui devrait en dire long sur leur capacité à se mêler à la lutte pour le podium et sur l’équipe-type dessiné par Michel.

Deux victoires, sept buts inscrits pour un seul encaissé : le mois de septembre s’écrit pour le moment au plus-que-parfait du côté de Marseille. Les hommes du président Vincent Labrune ne pouvaient mieux aborder leurs retrouvailles avec le meilleur ennemi lyonnais. "Il ne faut pas s’enflammer", soufflait pourtant Georges-Kevin Nkoudou après le succès de l’OM à Groningen pour son entrée dans la Ligue Europa jeudi (0-3). Comme ses coéquipiers, l’ancien Nantais sait que la venue de l’OL au Vélodrome constituera un premier tournant dans la saison phocéenne. Voilà pourquoi.

Un adversaire idéal pour s’étalonner

Marseille disposait d’un calendrier idéal pour bien se lancer en championnat, mais il ne l’a pas bien fait fructifier. L’OM n’a pas toujours rencontré une seule équipe ayant terminé l’exercice 2014/2015 dans les neuf premiers. Et pourtant, il a glané seulement six points en cinq journées et déjà concédé trois défaites. La scène continentale n’a pas permis d’en savoir beaucoup plus sur le potentiel marseillais. En effet, Groningen, 9e de son championnat national, faisait figure d’adversaire le plus faible du groupe F de la Ligue Europa et la claque infligée aux Néerlandais doit être considérée à sa juste valeur.

Avec Lyon, l’OM s’apprête à affronter une équipe d’une dimension supérieure à toutes celles qu’il a croisées jusqu’à présent. Steve Mandanda en avait bien conscience : "Un tout autre match nous attend dimanche, face à un concurrent direct pour une place sur le podium." Cette confrontation permettra de mieux situer le niveau d’un groupe chamboulé au cours de l’été et qui ne ressemble plus vraiment à ce qu’il était la saison passée. Recruté pour pallier le départ surprise de Bielsa, Michel passera au révélateur lyonnais. Le technicien espagnol vivra son premier grand choc en France, face à un OL qui est le vrai rival de Marseille, maintenant que le PSG est seul sur sa planète en Ligue 1. Une victoire et Michel ferait définitivement oublier son prédécesseur tout en gagnant pour de bon la confiance des supporters.

Entretenir la "bonne dynamique"

Dans les couloirs de l’Euroborg de Groningen, les Marseillais n’avaient que cette expression à la bouche. Au cœur d’une série de sept matches en 23 jours, ils se doivent de conserver une spirale positive, sous peine de fragiliser un édifice qui attend encore d’être consolidé. Après la réception de Lyon, l’OM se rendra à Toulouse en milieu de semaine, avant d’accueillir successivement Angers et le Slovan Liberec. Cet enchaînement de rencontres se terminera par un déplacement périlleux au Parc des Princes, pour y défier le PSG. Tant qu’à faire, il serait bien de monter à la capitale avec le plein de confiance dans les valises. Il n’y aurait rien de mieux qu’un succès contre Lyon pour cela.

L’heure des choix pour Michel

Pour une affiche de l’envergure de celle proposée dimanche, Michel n’aura d’autre choix que d’aligner son équipe-type. C’est ce qui a poussé l’ancien entraîneur de Getafe et de l’Olympiakos à faire tourner pour le déplacement à Groningen. Mais la performance que ses joueurs y ont réussie a de quoi bouleverser la hiérarchie. "Les nouveaux joueurs ont très bien joué, cela m’inquiète pour le futur au niveau de mes choix", a reconnu le principal intéressé. La question de son onze de départ sera ainsi brûlante et celle de son système avec. Depuis son arrivée, Michel a toujours privilégié en championnat un 4-2-3-1 avec Abdelaziz Barrada en soutien de Michy Batshuayi. Mais il a aligné aux Pays-Bas un 4-3-3 qui a plu. Trancher ce débat donnera une première indication sur le choix des hommes.

Opter pour un milieu renforcé ferait les affaires d’Alaixys Romao, intéressant à Groningen pour sa première titularisation depuis son exclusion à Reims (1-0, 2e journée de L1). L’ex-Lorientais pourrait alors être associé à Lassana Diarra et Lucas Silva dans l’entrejeu. Sur les postes offensifs, Nkoudou et Lucas Ocampos ont accentué la pression sur leurs concurrents directs, avec un but chacun. Ce sera certainement trop peu pour bousculer la hiérarchie dès dimanche, mais Rémy Cabella et Batshuayi savent désormais que la concurrence rôde. Le retour de Brice Dja Djédjé dans le groupe donnera aussi un premier élément de réponse sur la tendance au poste de latéral droit, que peuvent occuper Javier Manquillo et Mauricio Isla. Sous les coups de 23h00 dimanche, Marseille en saura beaucoup plus sur son potentiel et sur son visage des prochaines semaines. C’est pourquoi le test n’en sera que plus probant.

Geoffrey Steines