Nicolas de Préville et Jimmy Briand heureux buteurs Bordeaux 2019
Nicolas de Préville et Jimmy Briand, les deux buteurs bordelais. | MEHDI FEDOUACH / AFP

Ligue 1 : Bordeaux ne perd plus, Montpellier renverse Nice et Rennes cale encore

Publié le , modifié le

Les Girondins de Bordeaux ne perdent plus ! Les Bordelais ont enchaîné un quatrième match sans défaite en s'imposant 2 à 0 contre Metz lors de la 5e journée de Ligue 1. Par ailleurs, les Niçois, troisièmes avant cette soirée, ont chuté sur la pelouse de Montpellier (2-1) après avoir mené au score. Le Derby breton entre Brest et Rennes n'a rien donné (0-0) si ce n'est une polémique autour de l'arbitrage hasardeux de Clément Turpin. Même issue du côté de Dijon qui recevait Nîmes.

Le match : Nice renversé à Montpellier

Tout avait si bien commencé. Dans une rencontre qui partait bien, grâce notamment à deux formations désireuses de marquer rapidement, c'était Nice, toujours en confiance après son joli succès à Rennes il y a quinze jours (2-1), qui s'illustrait en premier. Déjà grâce à son excellent portier, Walter Benitez, qui s'imposait à deux reprises (9e et 16e) devant Delort et Laborde. Mais surtout grâce à Adrien Tameze, d'une frappe pure en pleine lucarne, juste à l'entrée de la surface montpelliéraine (0-1, 34e). La suite a tourné, petit à petit, en faveur des locaux. Et comme souvent, l'homme providentiel des Héraultais s'appelle Andy Delort. L'avant-centre, d'un gros coup de tête, a d'abord égalisé trois minutes après l'ouverture du score des Niçois (1-1, 37e). Puis c'est toujours lui, d'une subtile déviation de la tête, qui a propulsé Florent Mollet auteur du deuxième but salvateur (2-1, 56e). Car ensuite, d'un côté comme de l'autre, le rythme a grandement baissé, faisant ainsi les affaires de Montpellier.

Le chiffre : 4 matches sans défaite

Pour retrouver une trace d’une défaite bordelaise, il faut tout simplement remonter à la première journée du championnat, le 10 août dernier (Angers, 1-3). Les Girondins, depuis ce revers, enchaînent le bon et le moyen. C'était encore le cas ce soir contre Metz mais avec une victoire au bout. Car tout s'est joué en moins de deux minutes. D'abord sur une reprise acrobatique de Jimmy Briand (1-0, 7e), puis ensuite sur une lourde frappe à ras de terre de Nicolas de Préville (2-0, 9e). Suffisant pour Bordeaux qui a ensuite parfaitement géré son avance dans une rencontre devenue soporifique. Les Lorrains, de leur côté, peuvent s'inquiéter, tant dans le jeu, que sur le plan comptable suite à cette troisième défaite consécutive.

La polémique : Turpin influencé par les Brestois ?

65e minute de jeu à Brest. Dans ce Derby breton plus ennuyant qu'excitant, Raphinha, dernière recrue rennaise, pense inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs. Alors que l'arbitre de la rencontre, Clément Turpin, accorde justement le but, la suite plonge la rencontre dans le flou puis dans le chaos total. D'abord parce que les Brestois, staff et joueurs compris, hurlent au scandale, demandant une faute d'un Rennais sur leur gardien Gautier Larsonneur. Devant les images, pourtant, cela semble très clair : il y a bel et bien un contact rugueux mais cela se passe entre deux Brestois, Larsonneur et Casteletto. Raphinha ayant juste profité de ce choc entre les deux coéquipiers pour pousser le ballon dans le but vide.

Si dans un premier temps, Monsieur Turpin reste impassible, sous la pression aussi invraisemblable que scandaleuse des Brestois, il décide dans un second temps d'aller visionner le VAR. Ce qu'ils n'avaient pas jugé utile, lui et ses collègues du corps arbitral, avant les contestations. Après deux longues minutes de visionnage, Mr Turpin décide, contre toute attente, de siffler une faute contre l'attaquant rennais, Jordan Siebatcheu. Une issue de secours tant la poussette qui lui est reprochée est peu évidente, voire inexistante. Au final, ce sont donc les Brestois qui s'en sortent très bien : le but ayant été annulé, la partie ira jusqu'au terme avec ce même score vierge et nul. Quasi à l'image de l'arbitrage de Mr Turpin et de ses assistants du VAR.