Ligue 1 – 30e journée : les enjeux de Lyon-Paris, un match capital

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Memphis Depay face à Neymar, l'un des duels de ce Lyon-PSG
Memphis Depay face à Neymar le 13 décembre 2020, l'un des duels de ce Lyon-PSG | FRANCK FIFE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L’Olympique lyonnais face au Paris-Saint-Germain, c’est le choc de la 30e journée de Ligue 1 qui se déroulera ce dimanche 21 mars au Groupama Stadium (21h). Un match décisif dans la lutte pour le titre de champion alors que les deux équipes comptent le même nombre de points, à trois longueurs du leader lillois. Voici les multiples enjeux de cette rencontre capitale.

• Le retour de Neymar très scruté

Il devrait débuter remplaçant, mais il est bien de retour. Cinq semaines après son dernier match, le 10 février face à Caen (1-0), Neymar va retrouver les terrains. La star brésilienne du Paris-Saint-Germain est bel et bien dans le groupe pour ce déplacement sur la pelouse de l'Olympique lyonnais et pourrait faire son apparition en deuxième période. "Ce sera difficile de le voir dès le début du match. C'est déjà bien qu'il puisse être là", a affirmé Mauricio Pochettino, l'entraîneur du PSG, en conférence de presse samedi 20 mars.

Le retour de Neymar avant la trêve internationale est une bonne nouvelle. Le Brésilien aura le temps de se préparer au mieux pour les quarts de finale de la Ligue des champions face au Bayern Munich (7 et 13 avril). Et pourrait aider ce dimanche soir le PSG à surmonter sa défaite contre Nantes (1-2) la semaine dernière.

• Un rebond attendu de part et d’autre

Car le PSG, mais aussi l'OL, auront à coeur ce dimanche de retrouver le goût de la victoire. Après plusieurs semaines de course effrénée pour tenter de s’emparer de la première place, les deux équipes ont calé le week-end dernier, lors de la 29e journée. Le PSG s’est incliné au Parc des Princes face au relégable Nantes (1-2), au terme d’une prestation inquiétante et alors même que les Parisiens menaient au score à la mi-temps.

"On a un parcours moins régulier que les autres années. D'habitude, fin avril on a tué le championnat", confessait Marco Verratti en conférence de presse samedi. Moins dominant que ces dernières années, le PSG compte déjà sept défaites en championnat en 2020-2021, plus que lors de n'importe quelle saison depuis l'arrivée des propriétaires qataris au club en 2011.

à voir aussi Ligue 1 : le train à grande vitesse de la course au titre passe en mode ralenti Ligue 1 : le train à grande vitesse de la course au titre passe en mode ralenti

L’OL, de son côté, n’a ramené qu’un point de Reims (1-1) à l’issue d’un match à l’image de l’irrégularité des Lyonnais depuis le début de l’année 2021. "On a plus de chances de gagner si on est plus constants, espérons qu’on le soit à l’avenir. Il y a des situations à mieux gérer", a souligné Rudi Garcia en conférence de presse d’avant-match vendredi.

Après une première période indigeste, l’OL s’est relevé au terme d’une bonne deuxième période pour accrocher le nul dans les toutes dernières secondes face aux Rémois. "J’espère que la seconde période contre Reims sera là" dimanche soir, a ajouté Rudi Garcia. Ce qu’on ne peut que souhaiter pour le spectacle de cette affiche très alléchante sur le papier.

• Ne pas laisser le LOSC s’envoler…

Le plus gros enjeu de ce choc, c’est bien évidemment la course au titre. Avec 60 points chacun, l’OL (3e) et le PSG (2e) comptent trois longueurs de retard sur le leader lillois. Du côté de Lyon et du côté de Paris, l’objectif est donc de rester au contact du LOSC, grand favori de son match à domicile face à Nîmes (17h05). 

En cas de match nul entre Lyon et Paris, Lille prendrait cinq points d’avance en tête du classement avec une victoire contre les Nîmois. Un petit écart qui pourrait s’avérer décisif à seulement huit journées de la fin du championnat.

"Je ne sais pas si c'est une finale mais c'est presque comme tel"

Pour les Lyonnais et les Parisiens, hors de question de laisser ce scénario arriver. La victoire est donc obligatoire. Et Rudi Garcia croit en son équipe, comme il l’a expliqué vendredi : "Sur les quatre derniers matches, on est l’équipe avec Lille qui a pris le plus de points. Ce n’est pas le meilleur des bilans, (…) mais on reste dans la course." 

Le PSG, pour ne pas revivre la désillusion de la saison 2016-2017, au cours de laquelle Monaco avait remporté le titre de champion, souhaite également rester à proximité du leader lillois. Et le choc face à Lyon est déjà, à neuf journées de la fin, décisif. "La vérité, c'est que c'est un match très important. Je ne sais pas si c'est une finale mais c'est presque comme tel. Ce sont trois points très importants dans l'optique du classement. Ce ne sera pas définitif, mais très important pour le classement", a souligné Pochettino.

• …et garder Monaco à distance

Pour Lyon et le PSG, l'autre objectif est de maintenir une avance confortable sur l'AS Monaco. Les Monégasques de Niko Kovac ont fait très grosse impression vendredi soir en s'imposant largement sur la pelouse de Saint-Étienne (4-0), et reviennent dans la course au titre et à la qualification en Ligue des champions.

Une place en C1 que le PSG et Lyon ne peuvent pas se permettre de rater. Paris, parce que le club ambitionne de remporter la compétition. Et l'OL parce qu'une deuxième saison de suite sans Ligue des champions serait catastrophique pour les finances du club et le projet sportif. Le vainqueur de ce Lyon-PSG pourra souffler un grand coup en voyant Monaco s'éloigner dans le rétroviseur.

à voir aussi Ligue 1 : largement vainqueur à Saint-Étienne, Monaco fonce dans la course au titre Ligue 1 : largement vainqueur à Saint-Étienne, Monaco fonce dans la course au titre

• Pour l’OL, confirmer ses bonnes dispositions dans les grands matches…

Cette saison, Lyon est l’équipe du top 4 qui obtient les meilleurs résultats contre ses concurrents directs pour le titre. Face à Lille, Monaco et le PSG, l’OL a ainsi pris 7 points en trois matches (en Championnat). C’est mieux que les 7 points en cinq matches de Monaco ou les 6 points en quatre matches de Lille.

À l’aller, Lyon s’était d’ailleurs imposé sur la pelouse du PSG (1-0, le 13 décembre). Se transcender dans les grands matches, une habitude pour les Rhodaniens qui, déjà sous l’ère Bruno Génésio (2015-2019), étaient coutumiers du fait, à défaut d’être réguliers face aux équipes moyennes du championnat.

L’été dernier, les joueurs lyonnais avaient également su se dépasser en Ligue des champions face à la Juventus puis contre Manchester City pendant le Final 8. En conférence de presse vendredi, Memphis Depay, n’a pas su "expliquer pourquoi" son équipe performait dans les grands matches.

"Mais ce sera important d’être dans cet état d’esprit dimanche. On donne toujours le meilleur de nous-même contre les grandes équipes, on veut toujours gagner ces matches. Et notre parcours en C1 nous montre qu’on peut rivaliser avec les plus grandes équipes, donc ça nous motive encore plus", a indiqué le capitaine lyonnais. Un avantage psychologique certain alors que le PSG patauge contre ses concurrents directs cette saison.

• …au cours desquels le PSG ne gagne pas cette saison

Au contraire de l'OL, le PSG a le plus grand mal dans les matches face aux équipes du top 4. En 4 matches face à Lyon, Lille et Monaco cette saison, les Parisiens n'ont pris qu'un petit point. Une statistique terrible pour le club de la capitale, triple champion en titre. "Cette année, on a eu des difficultés face aux gros. C'est compliqué pour le championnat de ne pas gagner les confrontations", a indiqué Verratti, tout en précisant que les joueurs du PSG "n'ont pas peur et sont excités de jouer ce type de matches".

Pour Paris, cette rencontre contre Lyon est l'occasion de faire mentir les statistiques et de bien lancer le sprint final. Les joueurs de Pochettino devront miser sur la confiance accumulée lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions sur la pelouse du FC Barcelone (4-1) malgré le match retour décevant (1-1). 

On l'a compris, l'enjeu est grand pour le PSG, qui n'a plus perdu deux fois d'affilée en championnat depuis septembre. Avec Neymar, absent lors de trois des quatre matches du PSG contre les équipes du top 4 cette saison, la donne pourrait changer. Paris essaie en tout cas de s'en convaincre.