Verratti réconforte Di Maria au sol 19102016
Marco Verratti réconforte son coéquipier du PSG, Angel Di Maria. | FRANCK FIFE / AFP

Ligue 1 (11e journée) – À Lille, le PSG doit convaincre

Publié le , modifié le

À l’aube de la 11e journée de la Ligue 1, l’ogre parisien ne mange plus à sa faim. En panne de confiance, et peu séduisant dans le jeu, Paris ne veut pas perdre de vue son trône, campé par l’impressionnante équipe de Nice, toujours invaincue. Ce soir (20h45), sur la pelouse du LOSC, seule une victoire avec la manière ne fera pas perdre le Nord au champion de France en titre.

En conférence de presse d’avant-match, le coach parisien, Unai Emery, l’a répété maintes et maintes fois « : «Tout est une question de confiance, c’est le plus important pour l’équipe. » Si le PSG ne perd plus (la dernière défaite remonte au 23 septembre contre Toulouse 0-2), et qu’il reste sur quatre succès et un nul dans le Classico, la manière, elle, ne séduit plus. Les doutes persistent donc. Plus problématique, d’un point de vue comptable, les Niçois, solides leaders, donnent du fil à retordre au club de la Capitale, relégué à six points. Désormais, la "remontada" ne doit plus se faire attendre, et un match référence ce soir contre Lille arriverait à point nommé.

Di Maria et Verratti, alerte enlèvements

Sans Serge Aurier et Javier Pastore, trop justes physiquement, le technicien espagnol composera avec un effectif presque au complet. Autrement dit, sur le papier, face à des Lillois englués dans une crise profonde (16e avec 6 défaites), la machine parisienne ne doit pas s’enrayer. Mais le problème provient du rendement de ses leaders en panne de confiance, à commencer par le maître à jouer argentin Angel Di Maria. Méconnaissable depuis plusieurs semaines, l’ancien joueur du Real semble avoir perdu son football. Tout comme Marco Verratti, mieux depuis deux ou trois matches, mains loin, très loin encore de son meilleur niveau. Deux hommes essentiels dans le système parisien qui doivent rapidement se remettre dedans.

« La confiance ne s’achète pas au supermarché »

D’ailleurs, sans pour autant accabler ses poulains, Unai Emery en est conscient : « La confiance ne s’achète pas au supermarché. On doit travailler chaque jour à l’entraînement pour l’obtenir au quotidien. Là, je sens que l’équipe est bien. […] Tous les joueurs ont besoin de l’aide des uns et des autres. » Il faudra alors s’appuyer sur le retour en grâce du capitaine Thiago Silva, le panache de Blaise Matuidi ou encore l’efficacité insolente d’Edinson Cavani, véritable bourreau des surfaces cette saison avec neuf réalisations en neuf apparitions en Ligue 1, soit presque la moitié des buts inscrits par toute l’équipe en championnat (19).

Bref, plus question pour le Paris Saint-Germain de tergiverser. Si Unai Emery semble toujours aussi serein au moment d’aborder un match, il va falloir maintenant répondre sur le gazon. Car tout passe par là. Mais pour convaincre comme lors des saisons précédentes, il va falloir retrouver la confiance. Et Lille pourrait bien en faire les frais.