Drame de Furiani 1992
Un CRS au milieu des restes de la tribune effondrée, le 5 mai 1992 | AFP

L’hommage aux victimes du drame de Furiani, 25 ans après

Publié le , modifié le

Le 5 mai 1992, lors de la demi-finale de Coupe de France entre Bastia et Marseille, l’effondrement d’une partie d’une tribune du stade Armand-Cesari faisait 18 morts et plus de 2 300 blessés. 25 ans après, le drame est resté dans toutes les mémoires et le football français rendra hommage aux victimes, sous la forme d'une minute de silence ou d'applaudissements.

FURIANI, IN MEMORIAM

Ce vendredi, "un hommage sous la forme d'une minute de silence ou d'applaudissements sera observé sur tous les stades des clubs professionnels", a indiqué la Ligue de football professionnel, ce qui concerne notamment le match de L1 entre Saint-Etienne et Bordeaux. Suite à une décision de la LFP du ministère des Sports et de la Fédération, un hommage à ce drame national sera rendu chaque année le 5 mai, par l'ensemble des clubs de football sur tout le territoire national. Une cérémonie de commémoration se déroulera à 16h30 devant le stade de Bastia. Le lendemain, les joueurs du Sporting Club de Bastia porteront un maillot noir pour affronter le Paris Saint-Germain. Toutefois, de nombreuses voix réclament toujours à la LFP de ne pas jouer le moindre match les 5 mai, en vain.

Un château de cartes

A dix minutes du coup d’envoi de ce qui devait être une grande fête du football, le pire est survenu. Sous le poids des spectateurs, une partie d’une tribune provisoire -montée au mépris des règles de sécurité- s’effondre. 18 personnes perdent la vie et plus de 2 300 sont blessées. L’enquête révèlera que la structure métallique ressemblant plus à un château de cartes qu’à une tribune, avait été montée en moins de deux semaines. Les autorités avaient fait fi des avis défavorables du capitaine des pompiers de l’époque, estimant que l’installation répondait aux normes de sécurité. Les piliers soutenant deux structures distinctes reposaient sur de simples parpaings ou des planches en bois. 

Romain Bonte