Montpellier, Butte Paillade, supporteurs, supporters
Les supporters montpelliérains | JOHANNES EISELE / AFP

Les ultras montpelliérains font valoir leur droit

Publié le , modifié le

Dans l'optique de leur déplacement au Parc des Princes ce vendredi, trois associations de supporters montpelliérains, Butte Paillade, Armata Ultras et Camarga Unitat ont rédigé une lettre commune dans laquelle ils réclament au PSG le respect du règlement de la LFP concernant le matériel autorisé en tribune visiteur. Ils menacent le club de la capitale d'un constat d'huissier à l'entrée du stade.

La saison passée, les ultras montpelliérains n'avaient pu entrer dans le Parc des Princes ni tambours, ni mégaphones, ni grands drapeaux, comme l'avait notamment constaté la rédaction du site Sofoot.com. Prévoyants, les supporters héraultais ont décidé de prendre les choses en main pour ne pas subir pareille mésaventure vendredi prochain. "Nous nous sommes trouvés devant 2 solutions possibles : soit un boycott total, soit continuer de combattre cette répression. La seconde a été retenue", confie Sylvain, l'un des responsables de la Butte Paillade, sur le site AllezPaillade.com. "Une lettre a donc été transmise aux dirigeants du PSG, sur laquelle nous demandons précisément ce que nous avons le droit de rentrer en secteur visiteur, et où nous leurs rappelons nos droits en tant que supporters mais aussi en tant qu'Associations", explique le Pailladin. Une lettre disponible sur le site Méditerranée. Comme le souligne Sofoot.com, l'article 521 de la LFP n'interdit aucun des objets précités tant qu'ils ne présentent pas "de caractère raciste ou xénophobe" ou " des fins politiques, idéologiques, philosophiques, injurieuses ou commerciales."

Avec un huissier au Parc des Princes

Pour faire valoir leurs droits, les trois groupes ont contacté un huissier parisien qui constatera les éventuelles restrictions abusives à l'entrée du stade. Pour le moment, les dirigeants parisiens n'ont transmis aucun papier officiel pour garantir le respect du règlement. "Sans ce papier officiel nous ne bougerons pas de Montpellier", assure Sylvain. "Il faut quand même savoir que seuls les banderoles des groupes, et petits drapeaux sont autorisés, ce qui signifie que sont interdits tout t-shirt, sweat, étendards... portant les inscriptions 'justice pour Casti' ou 'Liberté pour les ultras' ", détaille le supporter montpelliérain. Les ultras du club champion de France en titre n'ont plus qu'à attendre de savoir si le PSG compte respecter les textes de la Ligue...

 

Jerome Carrere